Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

A Nantes, les professionnels de la nuit se rassemblent pour protester contre l'insécurité quartier Bouffay

-
Par , France Bleu Loire Océan

Les professionnels de la nuit qui travaillent dans le quartier Bouffay se rassemblent, mercredi 29 janvier, pour protester contre l'insécurité dans cette zone de Nantes (Loire-Atlantique). Ils dénoncent des vols et des agressions en constante augmentation.

La place Bouffay, à Nantes, le 28 janvier 2020.
La place Bouffay, à Nantes, le 28 janvier 2020. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Nantes, France

Les professionnels de la nuit qui travaillent dans le quartier Bouffay, à Nantes (Loire-Atlantique), se rassemblent mercredi 29 janvier place Bouffay à 14h30 pour protester contre l'insécurité. Ils estiment que les faits de vols et agressions sont en constante augmentation dans leur zone de travail. Ces violences concernent les clients de leurs établissements mais aussi parfois les salariés. 

Des salariés qui viennent travailler "la boule au ventre"

"Ça craint" : c'est avec ces deux mots que le salarié d'un bar résume la situation du quartier Bouffay depuis quelques temps. Son patron confirme : "Vol de téléphones, de cartes bleues, de portefeuilles...", énumère ce gérant qui a voulu rester anonyme. "C'est tous les soirs." Les agresseurs ont une technique bien rodée selon lui : "Ils regardent les gens qui sont plus fatigués que les autres et passent la main par dessus leur épaule pour dire 'Tu n'as pas une cigarette ?'. C'est comme ça que ça commence. Après, ça devient violent." Selon lui, c'est de pire en pire. 

La rue de la Juiverie, quartier Bouffay à Nantes, le 28 janvier 2020. - Radio France
La rue de la Juiverie, quartier Bouffay à Nantes, le 28 janvier 2020. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Une violence qui ne touche pas que les clients d'après ce patron : les salariés en sont aussi victimes. "Mes employés décident de rester ici en plus au lieu de rentrer chez eux, en attendant que le tram arrive parce qu'ils ont pas envie de sortir dehors de peur de se faire agresser", raconte-t-il, visiblement inquiet. Il affirme que tous ses salariés se sont fait agresser ces derniers temps. "Ils viennent au travail avec une boule au ventre, en se demandant ce qu'il va leur arriver le soir." Alexiane, serveuse au Bar du coin depuis un an, confirme : le quartier est dangereux, y compris pour les professionnels, surtout lorsque ce sont des femmes. "Quand je sors du travail, je me fais menacer, je me fais suivre, je me fais agresser."

Des conséquences économiques

Ces agressions ne sont pas sans conséquences économiques : "Les gens s'excentrent plus", confirme Alexiane. "Ils ne sont pas rassurés, ils sortent moins dans les bars tard." Notre patron anonyme abonde : "De plus en plus de personnes organisent des soirées chez elles plutôt que de venir en centre-ville." Hervé, salarié du TB Bar dont la fille a 20 ans, explique qu'elle ne fréquente plus le quartier à cause de l'insécurité.

Pour lutter contre ce phénomène, de plus en plus de bar prennent des mesures de sécurité privée, en employant par exemple des vigiles. "On a la chance d'avoir un de nos collègues qui fait juste la sécurité", se félicite Hervé derrière son comptoir. "En fin de semaine, c'est quasiment devenu une obligation. Et pourtant, c'est un simple bar, pas une discothèque !" Il a vu la situation se dégrader en peu de temps. "Il y a quelques années, il n'y avait pas besoin de vigile mais maintenant il faut quelqu'un à l'entrée pour gérer la situation à l'intérieur du bar et également devant le bar." Hervé dit voir plus de policiers à Bouffay ces derniers temps, convaincu que l'approche des élections municipales y est pour beaucoup. Pour autant, comme la plupart de ses collègues, il est fataliste : "On ne nous propose aucune solution", déplorent la majorité des professionnels du quartier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu