Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A neuf ans, il fait Strasbourg Saint-Étienne pour rejoindre sa mère

jeudi 31 mai 2018 à 18:41 Par Sandrine Morin, France Bleu Alsace et France Bleu Saint-Étienne Loire

Un petit garçon de neuf ans, s'estimant trop puni, est parti du domicile strasbourgeois de son papa mercredi. Il voulait rejoindre sa maman qui habite à Saint-Étienne. TGV, TER, Tram : c’est un sacré débrouillard.

A neuf ans, il a pris le TGV, le TER et le Tram pour rejoindre sa mère.
A neuf ans, il a pris le TGV, le TER et le Tram pour rejoindre sa mère. © Maxppp -

Saint-Étienne, France

C'est vrai qu'il est dégourdi ce petit garçon de neuf ans, né en septembre 2008. Depuis le début de la semaine, son papa à Strasbourg lui remontait un peu les bretelles, le disputait comme un père doit le faire.   

Tous les deux avaient d'ailleurs rendez-vous avec la maîtresse dans la journée de ce mercredi 30 mai. Est-ce que c'est ça qui a donné envie de fuir au petit peut-être?  À 8h30, ce mercredi,  il est monté dans un TGV pour Marseille à la gare de Strasbourg.  À Lyon, à la Part Dieu, il sort du train et monte dans un TER pour Saint-Étienne. C'est justement dans ce TER que les voyageurs sont intrigués par le petit.  Ils font appel au contrôleur et à la police. 

Mais décidément le petit est malin. Devant la gare, il arrive à fausser compagnie aux contrôleurs, monte dans un train.  Les policiers alertés suivent la rame et arrivent à mettre la main sur l'enfant puis le raccompagnent chez sa mère. Entre-temps, le père avait déclaré à Strasbourg, avec l'école, la disparition du petit bonhomme.