Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Seine-Saint-Denis : à Noisy-le-Sec, le maire et ses adjoints visés par des tirs de mortiers

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Olivier Sarrabeyrouse, le maire de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) porte plainte après avoir été visé, mardi soir, par des tirs de mortiers, lors d'une visite dans le quartier du Londeau.

Tirs de mortier d'artifice, photo d'illustration
Tirs de mortier d'artifice, photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

Un maire et ses adjoints, visés par des tirs de mortiers. La scène s'est déroulée,  mardi 24 novembre, vers 19 heures, après une visite d'Olivier Sarrabeyrouse (PCF) et de plusieurs autres élus, dans le quartier du Londeau à Noisy-le-Sec.

Accompagné de 15 adjoints, le maire est monté dans un des bâtiment de la cité pour distribuer des tracts et faire de la prévention auprès des habitants au sujet du jet de déchets, notamment alimentaires, par la fenêtre. Des détritus qui atterrissent parfois dans une école située à proximité, explique-t-on, au cabinet d'Olivier Sarrabeyrouse. Tout se passe bien lors de cette visite, mais c'est en sortant  de l'immeuble que la situation se gâte.

Arrivé en scooter, le maire s'aperçoit que son véhicule a été renversé et les pneus crevés. L'élu et ses adjoints sont ensuite visés par des tirs de mortiers, lancés par des "trafiquants", explique Olivier Sarrabeyrouse, dans une publication partagée sur Facebook. Les auteurs de ces tirs, sont sans doute, des jeunes dealers, selon la mairie. Certains avaient demandé l'identité des élus et le motif de leur déplacement, à leur arrivée.

La maire a décidé de porter plainte et dénonce la "grande lâcheté" de ces agresseurs. "Aucune zone de non droit ne sera tolérée", prévient Olivier Sarrabeyrouse. "Un maire et les élu.e.s du peuple ne peuvent être l'objet d'intimidations", conclut-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess