Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

A Olivet, une formation vers des métiers en tension pour les réfugiés

-
Par , France Bleu Orléans

Dans le Loiret 4600 réfugiés ont été accueillis en 2018. Une fois leur demande acceptée, ils entrent dans un parcours d'intégration, avec apprentissage du français, formation civique, et formation professionnelle, souvent vers des métiers en tension. Reportage à l'AFPA à Olivet

Cinq réfugiés suivent une formation au métier de maçon à l'AFPA Olivet
Cinq réfugiés suivent une formation au métier de maçon à l'AFPA Olivet © Radio France - Anne Oger

Olivet, France

Le Loiret accueille actuellement 4600 personnes sous le statut de réfugié. C'est 10% des réfugiés recensés sur le territoire français. A l'AFPA, à Olivet, l'association de formation professionnelle pour adulte, cinq d'entre eux sont formés pendant six mois au métier de maçon et à la fibre optique, des professions en tension. C'est d'ailleurs la Fédération du Batiment qui a proposé à l'AFPA de mettre en place cette formation en maçonnerie. Qui compte douze stagiaires, dont cinq, donc, sont des réfugiés. 

D'habitude on a beaucoup d'abandons sur ce genre de formations

"On a eu beaucoup de mal à trouver des candidats pour ces formations, et on a eu cette idée de la proposer à des réfugiés" explique Valérie Girard, la directrice de l'AFPA. "Eux sont très investis, n'abandonnent pas, et ont un seul objectif : obtenir leur titre professionnel, et trouver un emploi puis un logement". Sur ce genre de formation, le taux d'abandon peut atteindre 14%, sur celle-ci en particulier, il n'y en a eu aucun. Et Pierre-Jean Blaison, le formateur, maçon de métier, est assez bluffé par la progression de ses stagiaires : "on a commencé par construire un mur d'1,50 mètres, maintenant on construit une petite maison, en même pas deux mois. Ils sont courageux, ils en veulent".

Des cours d'éducation civique et de français

C'est dans le cadre du contrat d'intégration républicaine, qu'ils signent au moment où ils obtiennent leur titre de réfugié, que ces hommes se voient proposer ce genre de formation, en plus d'un apprentissage du français qui peut aller jusqu'à 600 heures, et de cours d'éducation civique, sur une session de quatre jours. A l'AFPA, grâce à l'aide du conseil régional et de la fédération du bâtiment, ils sont aussi hébergés, accompagnés dans toutes leurs démarches administratives, mais aussi pris en charge sur le plan de la santé. 

Moi j'ai tout appris ici, et j'apprend un nouveau métier qui me plaît

Mohamed Sultani était pompiste en Afghanistan. Il a obtenu son statut de réfugié en 2018, après six mois d'attente. Un soulagement, pour cet homme qui espère faire venir sa famille, restée là-bas. Mais pour cela il faut un travail, un logement, c'est tout cela qu'il est en train de construire. "On a eu des cours de français, c'était dur mais c'était bien. Moi j'ai tout appris, ici".  

Un tiers des demandes d'asile sont acceptées en France

L'an dernier le nombre de demandes d'asile dans le Loiret a augmenté de 12%, il était de 25% en France. En revanche le taux de protection, c'est-à-dire les réponses favorables n'a pas bougé ces dernières années, il représente environ un tiers des demandes. "Il n'y a pas de pic en matière d'immigration en France, contrairement à d'autres pays européens" explique Rachel Morin, directrice territoriale de l'Office de l'Immigration et de l'Intégration, l'OFII. La grande majorité des réfugiés vient toujours de Syrie, encore beaucoup de l'Afghanistan, et des pays en guerre de la corne de l'Afrique, le Soudan, l'Erythrée.

Un nouveau record du nombre de réfugiés dans le monde

Dans son dernier rapport annuel, le HCR, le Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés appelait les pays d'Europe à mieux jouer leur rôle dans l'accueil de ces réfugiés : aujourd'hui, les trois quarts des 70 millions de réfugiés comptabilisés dans le monde restent dans les pays voisins, donc dans des pays pauvres. En 2017, comme les autres pays européens via un système de répartition qui a nécessité des semaines de discussion, la France s'est engagée à accueillir 10 000 réfugiés, stationnés dans ces pays de premier asile. Cela s'appelle le programme de réinstallation. Ils sont 200 dans le Loiret, dans le cadre de ce programme, soit 41 familles, accompagnées pendant un an dans toutes leurs démarches. 

On a une grosse pression de l'Etat pour aller plus vite 

La France n'a pas encore rempli son engagement, un peu plus de 5000 personnes ont été accueillies pour le moment. Mais pour Nadia Difallah, directrice de l'association Aurore, qui gère la prise en charge de ces familles dans le Loiret et le Loir-et-Cher, cet engagement sera tenu : "on a une grosse pression de l'Etat dans les départements, pour aller plus vite, mais parfois c'est difficile de trouver notamment un logement, et puis d'assurer une répartition homogène sur tout le territoire, tout cela prend du temps"