Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

À Perpignan, deux hommes jugés pour un viol diffusé en direct sur les réseaux sociaux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Deux Perpignanais âgés de 25 et 21 ans sont devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales à partir du jeudi 13 décembre. Ils sont accusés d'avoir violé une femme et d'avoir diffusé la vidéo sur le réseau social Snapchat, en janvier 2016.

Le palais de justice de Perpignan.
Le palais de justice de Perpignan. © Radio France - Marie Roarch

Perpignan, France

C'est un procès hors du commun qui s'ouvre jeudi 13 décembre à Perpignan, devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales. Deux hommes de 25 et 21 ans (ils en avaient deux de moins au moment des faits) sont poursuivis pour viols en réunion, atteinte à l'intimité et renseignement sur l'identité d'une victime. Ils sont accusés d'avoir violé et diffusé cette agression sexuelle via le réseau social Snapchat, en 2016. Ils avaient été arrêtés sur le lieu des faits grâce aux vidéos publiées. 

Un long calvaire

L'histoire date du 3 janvier 2016, au début de la nuit. Vers quatre heures du matin les policiers de Perpignan sont prévenus par des témoins qu'un viol a lieu en direct, diffusé sur le réseau social Snapchat. Grâce aux vidéos, ils parviennent à repérer le lieu de l'agression et vers six heures du matin ils interviennent, dans le quartier Serrat d'En Vaquer, à Perpignan. Entre temps des milliers d'utilisateurs de l'application ont vu le viol et plusieurs signalements ont été faits, jusqu'en région parisienne (Clichy-sous-bois, Évry).

La victime est toujours sur place, prostrée, les deux agresseurs présumés aussi. Ils sont interpellés, la victime évacuée vers l'hôpital. Pendant ces longues heures de calvaire on la voit se faire pénétrer par l'un des deux individus mais aussi par une bouteille d'alcool, ce qui provoque des saignements. Elle apparaît totalement inerte, ayant consommé énormément d'alcool et même du viagra sous forme de poudre. 

Un procès à fleur de peau

Deux ans plus tard, la victime reste très fragile psychologiquement selon son avocat. Évidemment marquée par la forte médiatisation de l'affaire, mais aussi par la large diffusion de la vidéo. Selon maître Philippe Capsié, son avocat, elle va demander un huis clos total du procès. 

Choix de la station

France Bleu