Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

À Pierrefitte, le maire défend ses policiers municipaux accusés de porter un écusson "d'extrême droite"

-
Par , France Bleu Paris

À Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) deux policiers municipaux ont été accusés par un élu d'opposition d'arborer un écusson, "symbole de l'extrême droite", sur leur uniforme. Ils ont décidé de porter plainte contre cet élu, tout comme le maire de la commune qui leur apporte son soutien.

Police municipale. Photo d'illustration
Police municipale. Photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

En plein débat sur la proposition de loi de "sécurité globale", la polémique risque d'enfler à Pierrefitte-sur-Seine (Seine-Saint-Denis). Un élu d'opposition accuse deux policiers municipaux d'avoir arboré sur leur uniforme un écusson du Punisher, symbole récupéré par l'extrême droite, selon lui. Les agents en question se défendent et ont décidé de porter plainte. Ils sont soutenus par le maire de la ville qui dépose plainte, lui aussi. 

Un symbole récupéré par l'extrême droite

Tout commence le 5 novembre dernier. Les deux policiers sont pris en photo par un journaliste, lors d'une manifestation qui se déroule devant l'hôtel de ville.  Ils portent sur leur uniforme un écusson avec une représentation du Punisher, ce sulfureux personnage des bandes dessinées Marvel. Choqué, Yohan Sales, conseiller municipal d'opposition (La France Insoumise) relaie alors la photo sur son propre compte twitter "pour lancer l'alerte" dit-il.  

Sur sa publication, on voit les deux policiers, visages découverts avec cette question en légende : "Une milice armée fasciste à Pierrefitte ?". Une publication qu'il assume aujourd'hui, encore. "On ne va pas me faire croire que ces gens-là arborent le Punisher, un symbole reconnu comme ayant été récupéré par l'extrême droite depuis plusieurs années, comme ils arboreraient un écusson Spiderman !"

Des policiers "jetés en pâture sur les réseaux sociaux" selon le maire

L'élu alerte aussi le préfet de la Seine-Saint-Denis et le maire de Pierrefitte. Il demande à ce dernier de prendre des sanctions contre les deux agents. Mais le socialiste, Michel Fourcade, refuse et défend ces policiers "jetés en pâture sur les réseaux sociaux". Pour lui, Yohan Sales a été "inconscient" en partageant cette photo et met en danger la vie de ces policiers. 

Le maire décide même de déposer plainte à son tour contre le conseiller municipal "pour mise en danger de ces agents" et n'hésite pas à faire un parallèle avec les attaques menées en ligne contre Samuel Paty avant son assassinat : "Pour moi, les risques sont les mêmes". Quant aux écussons polémiques, Michel Fourcade parle surtout de simples"grigris" et dénonce l'interprétation faite par Yohan Sales. "Beaucoup de personnes ne rattachent pas ce symbole à l'extrême droite... Cet après midi encore, on m'a déposé une publicité d'un fast-food qui a un menu 'Punisher'... Est-ce qu'on va aller porter plainte contre le patron de ce fast-food ?"

Mise en danger des policiers ?

Pour Yohan Sales, la situation est "ubuesque". "Je suis complètement atterré en voyant cette indignation à géométrie variable de la part du maire". En plein débat sur la loi de sécurité globale, cette affaire est le parfait exemple selon lui des risques qu'elle représente."Si cette loi était appliquée, je n'aurais pas pu légalement diffuser ces images et porter cette affaire au grand jour, tout comme l'affaire Benalla n'aurait pas pu être révélée". Le jeune élu ne regrette en rien et affirme qu'il republierait la photo de ces policiers si c'était à refaire. Pour Michel Fourcade, ce n'est pas le débat dans la mesure où ces policiers n'ont pas commis de violences ou d'attaques qui méritaient de les exposer sur les réseaux sociaux. 

Les effectifs de la police municipale augmentent à Pierrefitte

La polémique s'est invitée également, ce jeudi soir,  lors de la séance du conseil municipal de Pierrefitte, qui a voté l'augmentation des effectifs de la police municipale. Elle va passer de 16 à 25 agents. Pour Yann Helbling, le président des élus socialistes et apparentés, les accusations de "fascisme" proférées contre les agents "sont lourdes et ont suscité un certains trouble", "bien qu'infondé, cet amalgame n'aurait jamais été possible si ces écussons non conformes à l'esprit de neutralité des agents de service public n'avaient été portés", reconnait-il. Il rappelle néanmoins que les deux policiers, toujours en poste, ont retiré l'écusson de leur uniforme deux jours après la publication de la photo.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess