Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Ploudaniel, malgré les accidents mortels, la départementale reste inchangée

lundi 5 mars 2018 à 19:58 Par Simon Cardona, France Bleu Breizh Izel

Après l’accident mortel survenu samedi 3 mars à Ploudaniel, les habitants et les automobilistes qui empruntent chaque jour la D770 attendent des solutions pour rendre cette route moins dangereuse. Mais les projets pensés par le Conseil départemental se font attendre.

L'un des virages réputé comme accidentogène de la D770
L'un des virages réputé comme accidentogène de la D770 © Radio France - Simon Cardona

Ploudaniel, France

Comment sécuriser la D770 à hauteur de Ploudaniel, au nord de Brest ? Limitée à 90 km/h, et surveillée par deux radars automatiques successivement mis en place en cinq ans, cette route est toujours aussi accidentogène. Avant la mort de trois enfants samedi 3 mars, un homme s’était tué sur le même axe mi-octobre, et une petite fille a subit le même sort en décembre. L’absence de projets concrets de la part des élus départementaux suscite l’incompréhension voire la colère des automobilistes qui empruntent chaque jour cette route.

Des virages trop serrés pour des automobilistes pressés

Pendant plus de trente ans, Alain a pris la départementale D770 avec son poids-lourd : « On me doublait sans cesse, jusque dans les virages. Les courbes sont trop serrées. En arrivant un peu trop vite, pas étonnant qu’ils perdent le contrôle. »

Entre Landerneau et Ploudaniel, une dizaine de virages casse la route limitée à 90 km/h. Des courbes sous-estimées par les automobilistes d’après Françoise. Les voitures défilent à quelques mètres de sa maison : « Le virage n’a pas l’air vraiment dangereux, mais il est court et il est trompeur. Si vous arrivez trop vite, vous vous déportez forcément de l’autre côté.»

« On va attendre combien de temps encore pour agir ? » – Hervé Lossec, écrivain

« La vitesse, personne ne la respecte, dénonce Gwenaëlle, sa voisine. « Les gens ralentissent juste devant les radars et accélèrent ensuite. À 70 km/h dans un virage, c’est impossible ». Si les radars sont impuissants, comment faire pour réduire le nombre d’accidents sur cette zone ? « Pour supprimer le virage devant chez moi, le département a acheté des terrains. Deux maisons ont été démolies il y a deux ans. Mais depuis, rien n’a été fait », déplore cette mère de famille. 

Un constat partagé par Hervé Lossec, le célèbre auteur des Bretonnismes. Depuis des décennies, il utilise cette départementale pour se rendre à Landerneau : « Ça fait cinquante ans que je prends cette route, il n’y a eu pratiquement aucune évolution. Des maisons ont été abattues. Il y avait la possibilité d’agir, de couper les virages. On va attendre encore combien de temps ?, tempête le retraité. On fait espérer les gens en enchainant les réunions participatives pour présenter les projets, mais il n’y a rien derrière. Alors que pendant ce temps-là, d’autres routes, moins fréquentées, ont été aménagées ! »

Pour faire un point sur les projets en cours, une réunion est organisée mardi 6 mars à 11h30 à la mairie de Ploudaniel, en présence du maire de la ville Joël Marchadour et Armelle Huruguen, vice-présidente du Conseil départemental du Finistère.