Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Poitiers, deux militants de AIDES victimes d'agression homophobe

mardi 24 avril 2018 à 16:18 Par Rivière Isabelle, France Bleu Poitou

A Poitiers l'association AIDES qui oeuvre à la prévention contre le Sida porte plainte après l'agression de deux de ses militants. Ces derniers ont été insultés et molestés en pleine opération de prévention sur le Bd Chasseigne vendredi dernier.

Illustration prévention sida
Illustration prévention sida © Maxppp - Maxppp

Poitiers, France

Violence ordinaire de l'homophobie ordinaire. C'est ainsi que commence le communiqué de presse de AIDES après l'agression vendredi dernier de deux de ses militants à Poitiers. 

Le 20 avril dernier, deux membres de l’association, accompagnés de deux Sœurs de la Perpetuelle Indulgence de Poitiers, sont en train de mener  une action de prévention le long du boulevard Chasseigne

Le site est connu pour être un lieu de rencontre extérieur régulièrement fréquenté par des HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes), un type de public particulièrement vulnérable au VIH. En fin d’action, alors qu’ils sont en train de désinstaller leur stand de prévention, ils sont pris à partie par deux hommes. 

« Sale pédé on va te faire la peau », « baisse les yeux j’aime pas la façon dont tu me regardes »

Les deux militants  sont intimidés, molestés physiquement et menacés de mort. S’en suit une tentative de racket et de nouvelles menaces pour les empêcher de revenir. 

D'après l'association AIDES, "la motivation homophobe des deux individus ne laisse guère de place au doute".

Les deux militants sont choqués mais en bonne santé. Une plainte est déposée, selon le communiqué. Et la police s'est montrée très réactive puisqu'elle a arrêté les agresseurs présumés dans la foulée et qu'ils ont été placés en garde à vue