Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

À Poitiers, deuxième Noël sans Tiphaine Véron, disparue au Japon : sa famille crée une association

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

En cette fin d'année 2019 et à quelques jours de 2020, le point sur la disparition de Tiphaine Véron. La Poitevine de 36 ans est portée disparue au Japon depuis le 29 juillet 2018. À Poitiers, sa famille multiplie les démarches pour savoir ce qui lui est arrivé. Elle vient de créer une association.

La famille Véron a créé une association et un site internet "Unis pour Tiphaine"
La famille Véron a créé une association et un site internet "Unis pour Tiphaine" © Radio France - Capture écran

Poitiers, France

Cela fait un an et demi désormais que la Poitevine Tiphaine Véron a disparu dans la région de Nikko au Japon. La dernière fois qu'on l'a vue, c'était à son hôtel le 29 juillet 2018. Depuis, les investigations nippones et les actions des proches de Tiphaine n'ont rien donné. 

2019, une année difficile

De l'aveu même de Damien, son frère : "2019 a été une année difficile". Une année en deux temps avec un premier semestre actif où la famille a multiplié les démarches sur le terrain : voyage au Japon en début d'année, une expédition en mai avec des experts savoyards du secours en milieu périlleux. "Avec ces spécialistes, nous avons sondé la montagne et les rivières alentours. Et nous n'avons rien trouvé. Ce qui nous permet d'écarter la piste accidentelle. Si elle était tombée, on l'aurait trouvée", précise Damien Véron qui est retourné sur place en août 2019 pour fouiller les bords des rivières avec les enquêteurs japonais et leurs équipes cynophiles. Mais là non plus, rien ! 

Un dossier à traduire et six mois d'attente

Entre temps, des policiers français ont pu se rendre dans l'archipel pour récupérer le dossier d'enquête nippon qu'il a fallu traduire : six mois d'attente. Au final, à l'intérieur : des témoignages factuels, mais pas d'interrogatoires contradictoires. La famille relève d'ailleurs une incohérence. "En suivant son compte google, on sait que notre sœur a quitté son hôtel vers midi et non pas vers 10 heures, comme l'indique l'hôtelier dans la déposition qu'on a recueillie" stipule Damien Véron. "On aimerait en savoir plus sur ce point", conclut-il. 

Une collaboration policière espérée pour 2020

L'idéal pour la famille ce serait qu'il y ait une véritable collaboration policière entre les deux pays en 2020. Que des policiers français puissent enquêter de manière conjointe aux côté des policiers japonais. Il faudrait aussi que l'on obtienne l'autorisation judiciaire de localiser le portable de Tiphaine. "Cela nous permettrait de cibler peut-être une nouvelle zone de recherches", insiste le jeune homme. Pour l'aider dans ses démarches, la famille va donc recruter un avocat japonais sur place. 

Une association "Unis pour Tiphaine" et un site internet

Elle compte aussi sur les Poitevins, et plus largement les Français, pour continuer à l'aider dans ses recherches. Une association "Unis pour Tiphaine Véron" vient de voir le jour, ainsi qu'un site internet unispourtiphaine.org. Chaque Poitevin, chaque Français qui se sent touché par cette histoire, pourra ainsi aider la famille en adhérant à l'association. Car les recherches ont un coût : entre l'avion, le logement, les traducteurs-interprètes, des expéditions avec des spécialistes ou des enquêteurs, les recherches sur place ont déjà coûté près de 50.000 euros. 

Deuxième Noël sans Tiphaine à Poitiers

En cette fin d'année, la famille se réunit à Poitiers. "C'est un moment délicat pour nous tous, mais surtout pour maman, car Noël, c'est la fête de Tiphaine. C'est tout ce qu'elle aime : les chants de Noël, les enfants etc." Regard baissé, pudique. Mais quand il relève la tête, c'est de l'espoir et de la détermination qu'on lit malgré tout dans les yeux de Damien Véron. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu