Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

A Poitiers et Châtellerault, la réconciliation impossible entre Gilets jaunes et forces de l'ordre ?

lundi 28 janvier 2019 à 19:01 Par Jules Brelaz, France Bleu Poitou

Gaz lacrymogène contre jets de pierres... Chaque mobilisation de Gilets jaunes dans la Vienne donnent lieu à des affrontements sporadiques de plus en plus violents avec les forces de l'ordre. Et chacun des deux camps se dit victime de violences.

L'acte XI des Gilets jaunes à Châtellerault, le samedi 26 février.
L'acte XI des Gilets jaunes à Châtellerault, le samedi 26 février. © Radio France - Vincent Hulin

Poitiers, France

Comment réconcilier les Gilets jaunes aux forces de l'ordre ? Alors que la préfète de la Vienne est l'invitée spéciale de France Bleu Poitou mardi matin, la question des violences commises en marge des manifestations ne peut pas être éludée. 

On se fait gazer, on se fait tirer dessus, on n'est pas là pour casser du flic, on veut juste manifester

Patrick est un Gilet jaune de la première heure. Il n'a pas raté une seule manifestation. Ce trentenaire se dit pacifique mais ça ne l'a pas empêché de finir en garde à vue, pour avoir, dit-il, manifesté pacifiquement.

Y a un usage abusif de la force ! Ils attendent même plus les sommations pour gazer, les CRS parquaient les gens comme du bétail, il faudrait se laisser taper dessus et défigurer comme des moutons sauf que les Gilets jaunes n'acceptent pas

En pleine polémique nationale sur l'usage des lanceurs de balles de défenses (LBD), Patrick affirme qu'il y a eu à Poitiers un "tir de LBD à bout portant et la personne a eu deux côtes fêlées". Ce qu'un syndicat de police dément. 

"Sale flic, fils de p***, vas te faire..."

Christelle Touchet est elle aussi de toutes les mobilisations de Gilets jaunes à Poitiers. Cette brigadier est secrétaire départementale d'Alliance Police nationale. 

Au départ les manifestations étaient bon enfant, et au fil du temps, on a commencé à recevoir pas mal d'insultes, et après, des jets de projectiles, canettes de bière, jets de pierres... On ne pensait pas, même en faisant ce métier, essuyer ces insultes en province !

Quant au LBD, il n'y a pas eu de blessé grave, précise une source anonyme de la police. "L'usage des lanceurs et grenades de désencerclement se fait uniquement sur ordre du supérieur hiérarchique qui tient lui-même ses instructions de la préfète de la Vienne."

"Si on nous retire le LBD, il ne nous reste que notre arme de service, il y a donc le risque qu'il ait des morts", prévient le secrétaire départemental d'un autre syndicat de police.