Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Poitiers, les avocats disent non au box vitré pour leurs clients détenus

-
Par , France Bleu Poitou

Une quarantaine d'avocats étaient réunis ce mardi au tribunal correctionnel de Poitiers pour soutenir trois de leurs collègues : ceux-ci ont plaidé pour obtenir du président du tribunal qu'ils laissent leur client comparaître en dehors du box vitré installé dans deux salles d'audience.

Me Ouvrard, le batonnier de Poitiers devant le box de la discorde
Me Ouvrard, le batonnier de Poitiers devant le box de la discorde © Radio France - Baudouin Calenge

Poitiers, France

Si le débat surgit aujourd'hui, c'est bien sur lié à l'installation de la justice dans ses nouveaux murs. Ces box vitrés n'existaient pas dans l'ancien palais. Pour les avocats mobilisés ce mardi, ces box vitrés constituent une triple atteinte. Atteinte à la dignité de tout le monde. "Cet homme est dans une cage (...) Il est dans un processus qui pour moi est plus un processus d'humiliation" estime Me Françoise Arthur. Atteinte aussi à la présomption d'innocence et aux droits de la défense selon les avocats.

Les policiers ont disparu des salles d'audience

Le procureur de la république n'a pas donné raison aux avocats rappelant aussi que, depuis que le ministère de l'intérieur a supprimé la présence de policiers dans les salles d'audience, l'obligation de sécurité revient au président du tribunal. "Si cet homme est aujourd'hui dans une cage c'est à cause de choix budgétaires" dénonce Me Arthur. Si l'on suit cette logique du risque sécuritaire caricature le bâtonnier de Poitiers Me Ouvrard, "demain les magistrats iront juger les prévenus directement en prison".

Une réponse au cas par cas

Lors de l'audience, le président du tribunal a choisi le cas par cas. Pour l'un des prévenus détenu, il a refusé qu'il sorte du box, pour le second défendu notamment par Me Coutant, il a donné droit à la demande des avocats.