Faits divers – Justice

À Poussan, les cambrioleurs emportent le toit du mas familial

Par Marion Bargiacchi, France Bleu Hérault et France Bleu jeudi 12 octobre 2017 à 20:54

Il ne reste plus aucune tuile sur le toit de ce Mas à Poussan.
Il ne reste plus aucune tuile sur le toit de ce Mas à Poussan. - DR

Mercredi 4 octobre, les propriétaires d'un mas ont eu la mauvaise surprise de découvrir qu'ils avaient été cambriolés. Les voleurs ne sont pas partis avec les meubles ou la vaisselle... mais avec la toiture.

Mais qui pourrait imaginer se faire voler son toit ? C'est la mauvaise surprise qu'ont eue Roseline et son mari, mercredi 4 octobre. Elle et le reste de sa famille sont sous le choc "C'est un carnage. Un travail de sagouins. Il ne restait plus rien dans le mas et ils ont pris les tuiles." Les voleurs ont détruit le portail, éventré les fenêtres à coups de pioche. Ils ont tout abandonné dans le jardin... mais pour récupérer les 70 m² de tuiles, c'est du travail de professionnel.

"On n'a trouvé aucune cheville, pas une seule rondelle... la gendarmerie nous a dit qu''on avait eu de la chance. Ils avaient du être surpris par quelqu'un, sinon ils auraient scié les poutres !" Roseline, une victime.

Dans le mas, il ne restait que quelques meubles et de quoi faire un barbecue. Les précédents voleurs avaient déjà tout pris. - Aucun(e)
Dans le mas, il ne restait que quelques meubles et de quoi faire un barbecue. Les précédents voleurs avaient déjà tout pris. - DR

La famille lance un appel à témoins

Le mas est situé sur une route goudronnée qui rejoint la sortie de Poussan et la route de Villeveyrac. "Un chemin très fréquenté parce qu'on peut aller à Montbazin". Une femme les a informé qu'un camion blanc, sans fenêtre rodait autour des maisons en début de semaine dernière.

"Ils ont du être pris pour des professionnels parce qu'on n'enlève pas un toit en une heure ou même une journée. Ils ont du faire du bruit aussi." La famille espère avoir une piste pour retrouver les voleurs, car sans coupable, pas d'indemnisation. En 47 ans, ce mas a été cambriolé vingt fois : "Au bout d'un moment, les assurances vous disent non."

Il ne nous reste plus qu'une ruine. Un mas sans toit. Qu'est-ce qu'on doit faire ? Le revendre ? Alors que mon père l'a acheté il y a 47 ans ?

Roseline, une des victimes, n'en peut plus de l'insécurité.

À Poussan, une famille s'est fait voler sa toiture.