Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Reims, un policier mis en examen trois ans après la blessure du supporter corse Maxime Beux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

A l'issue d'une confrontation, organisée ce mardi par le juge d'instruction, entre Maxime Beux, le supporter de Bastia blessé à l’œil en février 2016 à Reims, et un policier soupçonné de lui avoir tiré dessus, ce dernier a été mis en examen. Plus de trois ans après les faits.

Maxime Beux et des camarades lors du procès de 7 supporters corses en appel à Reims en décembre 2016.
Maxime Beux et des camarades lors du procès de 7 supporters corses en appel à Reims en décembre 2016. © Radio France - Sophie Constanzer

Reims, France

Un fonctionnaire de police a été mis en examen ce mardi 9 avril à Reims pour "violences avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné une mutilation permanente", plus de trois ans après les affrontements en marge du match de Ligue 1 Reims-Bastia le 13 février 2016. 

C'est lors de ces heurts entre la police et des supporters corses en plein centre ville de Reims, que l'un d'eux Maxime Beux, avait été grièvement blessé à l’œil gauche. Cette mise en examen est une "étape importante"

Deux enquêtes en cours dans cette affaire, dont une de l'IGPN 

Maxime Beux, qui a perdu l'usage de son œil, a toujours affirmé que c'est un tir de flash ball qui l'avait touché. Une information judiciaire contre X a été ouverte dans cette affaire et l'inspection générale de la police nationale, l'IGPN, avait également été saisie. 

La version de Maxime Beux a notamment été soutenue par des supporters corses présents le soir des heurts à Reims, lors du procès de 7 supporters du Sporting club de Bastia pour outrage et violences. Ils avaient dénoncé l'usage disproportionné de la force et parlé de bavure policière. 

Plus de 3 ans de combat judiciaire

Le 16 février 2017 à la Cour d'appel de Reims, Maxime Beux avait été entendu comme témoin affirmant : "je suis percuté par un tir de flash ball, c'est la pire douleur de toute ma vie... je ne vois plus rien et au commissariat on ne s'occupe pas de moi. Le combat ce n'est pas de vivre avec un oeil en moins c'est de devoir assumer le combat judiciaire"

La police de son côté, a toujours balayé l'accusation, affirmant pour expliquer sa blessure, que le jeune supporter avait chuté sur un poteau. Une thèse contredite par les expertises médicales. Et après la confrontation organisée ce mardi par le juge d'instruction en charge du dossier, une reconstitution des faits devrait également être organisée d'ici le mois de juin, à Reims.