Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

A Rouen, sa plainte pour violences traîne depuis 4 ans : "On ne m'a pas prise au sérieux et j'ai perdu espoir"

Shanèse, 21 ans, a porté plainte il y a quatre ans contre son ex-petit ami pour des violences graves. A ce jour, le dossier n'est toujours pas bouclé et son avocat craint que la plainte ne soit classée sans suite. La jeune femme, elle, a perdu confiance en la justice et peine à se reconstruire.

La plainte déposée par la jeune femme contre son ex-petit ami en 2015 n'a toujours pas aboutie.
La plainte déposée par la jeune femme contre son ex-petit ami en 2015 n'a toujours pas aboutie. © Maxppp - Valérie Vrel

La Ministre de la justice l'a reconnu : le système fonctionne mal, comme en témoigne l'histoire de Shanèse, 21 ans. La jeune femme a porté plainte en 2015 à Rouen, après avoir été violemment frappée par son petit ami de l'époque. Quatre ans plus tard, la procédure n'a toujours pas abouti.

Shanèse a 16 ans quand elle rencontre celui dont elle ne peut plus prononcer le prénom aujourd'hui. Elle reçoit des coups régulièrement mais n'en parle à personne jusqu'à ce 20 décembre 2015. Cette nuit là, la violence de son petit ami la laisse hébétée, le visage griffé, les lèvres boursouflées par de graves morsures, et des bleus sur tout le corps. "Quand je me suis vue dans la glace, c'est là que j'ai réalisé vraiment qu'il fallait que je sorte de cette relation" raconte la jeune femme. 

"Quand je me suis vue dans la glace, j'ai réalisé qu'il fallait que je sorte de cette relation"

Son visage est encore meurtri quand elle porte plainte huit jours plus tard au commissariat. Son audition a duré seulement une demi heure, celle de son père, Abdelkader, encore moins :  dix minutes. Et le compte rendu de leurs deux témoignages tient sur une page. "Ma fille a été reçue une fois mais jamais réentendue. Et depuis on n'a plus de nouvelles" explique le père de Shanèse. "J'ai écrit maintes fois pour avoir des nouvelles [...] on nous laisse dans le néant" se désole Abdelkader qui soutient sa fille comme il peut. 

L'auteur des coups a été entendu seulement deux ans plus tard, en décembre 2017 et depuis, quatre ans après les faits, l'avocat de la jeune femme craint que le dossier ne soit classé sans suite. "Je me suis déplacé plusieurs fois pour voir le substitut en charge du dossier (le quatrième en quatre ans), et quand on a retrouvé la trace du dossier on m'a dit qu'il était retourné au commissariat" raconte David Verdier. "Il a dormi totalement ce dossier et quand Nicole Belloubet (la Ministre de la Justice) parle de dysfonctionnement de la chaîne pénale, on est en plein dedans" regrette l'avocat. 

"Il y a toujours cette blessure de ne pas avoir été prise au sérieux"

Shanèse a mis du temps à se reconstruire. Physiquement, il ne reste aucune trace des coups. Psychologiquement, c'est une autre histoire. "Au fond de moi, il y a toujours cette blessure de ne pas avoir été prise au sérieux et le fait que mon dossier n'avance pas, _j'ai perdu espoir_" confie la jeune femme qui a bien du mal à retrouver confiance en elle. Mais elle y travaille. Aujourd'hui, elle a déménagé et trouvé un emploi.

Ecoutez le témoignage de Shanèse au micro de Christine Wurtz

Le gouvernement a promis 360 millions d'euros pour la lutte contre les violences faites aux femmes a l'issue du Grenelle sur le sujet. Les associations espèrent que cela permettra d'améliorer la formation des policiers et gendarmes à l'écoute et à la prise en charge des victimes, et le suivi de ces affaires de violences conjugales.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu