Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray

À Saint-Étienne-du-Rouvray, beaucoup aimeraient tourner la page, deux ans après l'attentat

jeudi 26 juillet 2018 à 5:14 Par Olivia Cohen, France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

À Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), à l'occasion du deuxième anniversaire de la mort du père Jacques Hamel assassiné par deux terroristes, beaucoup d'habitants traumatisés aimeraient tout de même tourner la page.

Beaucoup d'habitants de Saint-Étienne-du-Rouvray aimeraient tourner la page
Beaucoup d'habitants de Saint-Étienne-du-Rouvray aimeraient tourner la page © Radio France - Olivia Cohen

Saint-Étienne-du-Rouvray, France

Il y a deux ans, le 26 juillet 2016, le père Jacques Hamel était égorgé dans son église de Saint-Étienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) par deux terroristes, tués lors de l'intervention des forces de l'ordre et qui se réclamaient de l'organisation État islamique. Deux ans après la tragédie, la blessure est toujours ouverte pour les habitants.

Les gens en parlent, c'est encore là ! Malika, vendeuse

François, baptisé dans l'église, vient souvent se recueillir devant le mémorial inauguré l'année dernière, un disque de métal où sont inscrits les droits de l'homme et où est également gravé le profil du prêtre. François accepte de pousser la porte de l'édifice, il n'y était pas rentré depuis 6 ans : "J'y suis venu pour la mort de mon père mais depuis la mort du père Hamel, non, je n'y suis pas retourné. _Ce sont des lieux chargés d'émotion, même pour moi qui suis athée !_"

La chambre du père Hamel est restée intacte

Sur la place, la petite supérette toute proche où travaille Malika diffuse une musique gaie : "J'accueille mes clients avec le sourire. Je le vois, les gens en parlent toujours, c'est encore là ! Mais _il faut maintenir la vie sur cette place_... On va faire des changements à l'intérieur de la supérette (qui a été reprise récemment par un nouveau propriétaire ndlr), il faut continuer !"

On se souvient de là où on était quand on l'a appris - Joachim Moyse, maire

Le maire actuel Joachim Moyse n'était pas en poste au moment des faits. Alors conseiller municipal, il se trouve à Dieppe en vacances quand il apprend la nouvelle : "J'ai pris la voiture et j'ai roulé vite", confesse-t-il dans un sourire ému. Il le sait, deux ans après, c'est dur pour les habitants : "Beaucoup de gens aimeraient qu'on ne leur en parle plus. C'est une blessure qui reste à jamais inscrite dans nos mémoires et dans nos vies mais il faut aller de l'avant !" Pourtant au presbytère, la chambre du prêtre est restée intacte.

La procédure de béatification en cours

Les habitants ne seraient pas contre à ce qu'on rebaptise la place de l'église en place Jacques Hamel mais la priorité reste la procédure de béatification en cours, avec des auditions jusqu'à la fin de l'année. Jacques Moyse doit lui-même être auditionné en septembre. Une décision devrait être prise début 2019.

Ce jeudi, une marche est organisée en mémoire du père Hamel. Elle démarre à 8h30 devant le presbytère, sera suivie d'une messe à 9 heures puis d'une cérémonie républicaine à 10h30 sur la place de l'église.