Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Sens : le port du masque plutôt respecté dans les transports scolaires

-
Par , France Bleu Auxerre

Une opération de contrôle organisée par la police avait lieu ce mardi devant le collège des Champs Plaisants, principalement en direction des cars scolaires et bus de transports en commun, notamment sur le respect des règles à bord.

900 élèves fréquentent le collège des Champs Plaisants à Sens dans l'Yonne
900 élèves fréquentent le collège des Champs Plaisants à Sens dans l'Yonne © Radio France - Renaud Candelier

Les élèves sortent tous du collège masque sur le visage. Mais après, c’est une autre histoire reconnait le principal Marc Dumez : "aux abords de l'établissement, le soir quand les élèves sortent ils sont heureux de retirer le masque et de respirer un peu, car il fait très chaud et respectant toute la journée la réglementation, ils ont besoin de souffler un peu le soir."

Une obligation pour les élèves à partir du collège

Sauf que ce masque, il faut le remettre dans le bus ou le cars scolaire. Une mesure plutôt bien respectée confirme Hugo en classe de sixième : "il y a des gens qui ne respectent pas mais la plupart respectent."

Des récalcitrants dans les transports

Mais le fait que quelques-uns retirent leurs masques à bord, cela dérange Sofia, elle aussi en sixième : "le port du masque n'est pas trop respecté, il y a beaucoup de monde dans le bus. Surtout _quand tu es collée à côté de personnes qui ne portent pas le masque_, c'est un peu énervant."

"On ne peut pas surveiller dans le rétroviseur et conduire" - Un chauffeur de cars scolaire

Devant les policiers au pied du car, évidemment tous les élèves sont bien masqués mais ce chauffeur de cars scolaires reconnait qu’il ne peut pas faire grand-chose : "on ne peut pas surveiller dans le rétroviseur tout le temps et faire la conduite en même temps. Ce n'est pas possible. Alors c'est sûr que peut-être, à un moment, _il y a un relâchement des gamins_. Mais bon, c'est comme ça."

Des chauffeurs qui auraient peur de faire respecter le port du masque

Si les chauffeurs ne disent rien aux élèves, c'est qu'il y a une raison estime Paul, en classe de troisième : "je pense qu'ils ont peur de se faire agresser par rapport au fait divers de Bayonne, il y a un gars qui est mort. Du coup, ils ne disent rien. _S'ils n'avaient pas peur, ils diraient - bon, remets ton masque, mais ils n'osent rien dire_."

L'absence de masque très minoritaire selon les autorités

La police, elle, rappelle qu’elle effectue des contrôles réguliers dans les lieux de transports notamment dans les bus réguliers et à la gare de Sens. D’après la sous-préfecture, le port du masque est respecté par la quasi-totalité des élèves dans les transports.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess