Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

A Strasbourg aussi, mobilisation ce jeudi pour une justice de qualité

mercredi 14 février 2018 à 18:58 Par Corinne Fugler, France Bleu Alsace

Magistrats, avocats et greffiers se mobilisent, ce jeudi, partout en France. Ils réclament une justice de qualité et des recrutements. Au tribunal de grande instance de Strasbourg, on compte par exemple 77 greffiers. Il y a cinq postes vacants.

Le tribunal de grande instance de Strasbourg
Le tribunal de grande instance de Strasbourg © Radio France - Corinne Fugler

Strasbourg, France

Magistrats, avocats et greffiers se mobilisent, ce jeudi 15 février 2018, partout en France. Ils protestent contre les chantiers lancés par la Chancellerie, comme l'accès au numérique, la simplification des procédures ou le redécoupage des juridictions. Ils réclament une justice de qualité, accessible, dotée de moyens et d'équipements corrects. 

Raphaël Hyvernaud, greffier, évoque le manque de moyens

Ils exigent surtout des recrutements: la France compte 2,5 fois moins de juges que ses voisins européens. Elle emploie deux fois moins de personnel dans ses greffes. Et se classe en 23ème position dans l'Union européenne pour le budget alloué à la justice!  

Dans le tribunal de grande instance de Strasbourg - Radio France
Dans le tribunal de grande instance de Strasbourg © Radio France - Corinne Fugler

Onze postes vacants à Strasbourg

A Strasbourg, le TGI (tribunal de grande instance) emploie officiellement 155 personnes mais 11 postes sont vacants, dont cinq postes de greffiers, sur 77. Il faut des renforts pour accélérer le travail de la justice, au greffe du tribunal correctionnel notamment, mais aussi au service en charge de l’exécution des peines. Alors que les condamnations doivent être notifiées aux personnes concernées dans les deux mois, il faut parfois quatre mois pour les faire appliquer, voire bien davantage quand le greffe du tribunal correctionnel tarde à transmette ses jugements.

Bruno Scotto, greffier en charge de l'exécution des peines

Un greffier débute sa carrière avec 1.600 euros par mois. C'est un métier passionnant, à condition de disposer des bons outils. A Strasbourg, la mauvaise connexion internet ralentit les ordinateurs. Les logiciels sur lesquels travaillent les agents ne sont pas toujours compatibles avec ceux utilisés par leurs collègues du ministère de l'Intérieur, gendarmes et policiers.

Décharger les magistrats d'une partie de leurs tâches

Ces fonctionnaires aimeraient aussi bénéficier d'un peu plus de reconnaissance. Pour réduire les délais de traitement des dossiers, les greffiers proposent que le ministère de la justice leur confie certaines missions dévolues aux magistrats. "Le métier de greffier consiste à préparer en amont le travail du magistrat", explique Raphaël Hyvernaud, greffier en charge de l’exécution des peines, "la plupart du temps, le magistrat vient simplement apposer sa signature sur le document qu'on a préparé !"

A Strasbourg, une dizaine de fonctionnaires travaille en sous-sol faute de place - Radio France
A Strasbourg, une dizaine de fonctionnaires travaille en sous-sol faute de place © Radio France - Corinne Fugler

Les personnels de justice, les greffiers, les magistrats, soutenus par les avocats, vont se rassembler ce jeudi devant les tribunaux de grande instance de Mulhouse et de Colmar à 10h, et devant celui de Strasbourg, quai Finkmatt, à 12h. Ils vont répondre à un appel national, lancé par les principales organisations syndicales présentes dans les tribunaux de France.

Sofiane BAHRI, secrétaire général UNSA services judiciaires