Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

À Tarnac, la municipalité soulagée après la relaxe de ses "jeunes"

vendredi 13 avril 2018 à 6:06 Par Valentine Joubin, France Bleu Limousin et France Bleu

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé la quasi totalité des membres du groupe libertaire de Tarnac, au grand soulagement de la mairie. Le conseil municipal du village corrézien compte dans ses rangs deux des huit prévenus.

Deux prévenus de l'affaire de Tarnac sont membres du conseil municipal de la commune corrézienne.
Deux prévenus de l'affaire de Tarnac sont membres du conseil municipal de la commune corrézienne. © AFP - Pascal Lachenaud

Dix ans après le début de l'affaire dite de Tarnac, la justice a officiellement reconnu, ce jeudi, les failles de l'enquête. Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé la quasi-totalité des huit militants libertaires. Julien Coupat, Yildune Levy et six autres personnes étaient poursuivis pour le sabotage d'une ligne SNCF en 2008 et association de malfaiteurs. Un procès suivi de près par la municipalité de Tarnac qui compte dans ses rangs deux prévenus.

Ils n'ont plus une épée de Damoclès au-dessus la tête" - Pierre Marsaleix, premier adjoint de Tarnac

"Ils n'ont plus une épée de Damoclès au-dessus la tête, ils peuvent continuer à regarder devant eux sans inquiétude", Pierre Marsaleix, le premier adjoint à la mairie de Tarnac se dit soulagé après la relaxe de Manon Gilbert et Bertrand Devaux. Des huit membres du groupe arrêtés il y a dix ans, ils sont les seuls, avec Benjamin Rosoux, à vivre toujours dans le village corrézien. Ils sont même membres du conseil municipal. "On travaille bien avec eux. Manon est dans un groupe de musique, j'espère qu'elle pourra continuer". 

La commune fêtera le jugement "en comité réduit, si les jeunes le souhaitent"

Pierre Marsaleix n'est pas surpris de l'issu du procès où il s'est rendu durant deux jours. Trois semaines d'audience qui ont permis, selon lui, de révéler les "manipulations" dont les militants corréziens ont été victimes. Y-aura-t-il une fête pour célébrer la fin des poursuites dans le même style que le bal des inculpés, ce rassemblement organisé fin février à Tarnac pour soutenir les prévenus? Ce sera plutôt "en comité réduit et si les jeunes le souhaitent", explique Pierre Marsaleix. L'élu estime que ce n'est pas à la commune de crier victoire, alors qu'elle s'est efforcée pendant dix ans de ne pas "_clive_r" les habitants avec cette affaire.