Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Deux hommes poursuivis pour apologie du terrorisme à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Deux jeunes hommes sont poursuivis pour apologie du terrorisme à Toulouse. Deux affaires différentes, mais les mêmes menaces, l'un devant le palier de ses voisins dans le secteur Compans Caffarelli, l'autre en attendant son audience au palais de justice.

Police - Illustration
Police - Illustration © Radio France

La première affaire remonte à ce lundi 2 novembre, lorsqu'un homme de 22 ans s'est présenté devant la porte de ses voisins secteur Compans Caffarelli à Toulouse. Il casse deux de leurs vitres et se met à proférer des insultes et des menaces, en parlant de décapitation. "Vous avez insulté ma religion", une des autres phrases proférées par le jeune homme selon les policiers, qui aurait aussi fait l'apologie du terrorisme en d'autres termes. L'homme de 22 ans, qui nie les faits, a finalement été placé en garde à vue. Lors d'une perquisition à son domicile, les policiers ont également retrouvé du matériel volé, notamment informatique ainsi qu'une carte bleue. 

"Ici c'est Daech"

La deuxième affaire concerne cette fois un jeune homme de 19 ans qui attendait dans les geôles du palais de justice de Toulouse en attente d'une audience pour une première affaire remontant au 30 octobre dernier. La première affaire n'avait rien à voir avec des faits de terrorisme. En attente de son audience hier, il a finalement commencé à proférer des menaces et faire l'apologie du terrorisme, notamment avec la phrase "Ici, c'est Daech" selon les policiers. Déféré ce mercredi, il a finalement été placé en comparution immédiate ce jeudi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess