Faits divers – Justice

Abattoirs AIM : le plan de reprise par les salariés validé par la justice

Par Eric Turpin, France Bleu Armorique, France Bleu Normandie (Calvados - Orne) et France Bleu Cotentin mardi 31 mars 2015 à 14:41 Mis à jour le mardi 31 mars 2015 à 17:05

Elise Brand, l'avocate du comité centrale d'entreprise, se dit confiante devant les salariés
Elise Brand, l'avocate du comité centrale d'entreprise, se dit confiante devant les salariés © Sébastien Berriot - Radio France

Le tribunal de commerce de Coutances a validé mardi le plan de reprise de l'abattoir de Sainte-Cécile dans la Manche par les salariés, avec le soutien des collectivités locales et de l'Etat. Mais 151 salariés seront licenciés. Le site breton est officiellement repris par Chapin-Montfort qui conserve 70 salariés et en reclassera 41 autres.

« On s'est battu comme des chiens, maintenant on a gagné » . Ce sont les propos tenus dès mardi midi par Elise Brand, l'avocate des salariés d'AIM alors que le tribunal de commerce de Coutances ne s'était pas encore prononcé sur l'avenir de l'abattoir de Sainte-Cécile dans la Manche. 

Le plan de reprise par les salariés, avec le soutien du Département de la Manche, de la Région Basse-Normandie et de l'Etat, a bien été validé par la justice. La décision est tombée à 17h, soit quelques heures après l'audience à huis clos qui s'était tenue toute la matinée . 

Optimisme et inquiétude

C'est à la fois un soulagement pour les salariés du site de Sainte-Cécile. Certains parlent de victoire, mais une victoire au goût amer. L'abattoir de Sainte-Cécile emploie aujourd'hui 357 personnes. Le projet de reprise prévoit d'en garder 206 seulement. 151 salariés feront donc l'objet d'un licenciement économique. 

Abattoirs AIM : la joie sur les visages des salariés après la décision du tribunal de commerce de Coutances - Radio France
Abattoirs AIM : la joie sur les visages des salariés après la décision du tribunal de commerce de Coutances © Radio France

Le budget de 11 millions d'euros a été bouclé ces dernières heures grâce à un prêt de 2,5 millions d'euros de l'État via la Banque publique d'investissement. Les collectivités locales ont pour leur part mis 2 millions d'euros sur la table.

Le site breton repris par Chapin-Montfort

Le tribunal de commerce de Coutances a aussi validé mardi l'offre du breton Chapin-Montfort pour le site AIM d'Antrain en Ille-et-Vilaine, un abattoir de bovins. Cette entreprise de viande va reprendre 70 des 179 salariés. Elle va aussi propose un reclassement à 41 autres salariés sur ses sites de Rennes pour une quarantaine de personnes.

A LIRE AUSSI :

Abattoirs AIM : dernière audience ?  Abattoirs AIM : la justice laisse une chance au projet de coopérative FRISE INTERACTIVE | Abattoirs AIM : l'audience de la dernière chance ? Abattoirs AIM : les salariés veulent reprendre le site de Sainte-Cécile

Les salariés sont rassemblés devant le tribunal de commerce de Coutances dans l'attente de la décision - Radio France
Les salariés sont rassemblés devant le tribunal de commerce de Coutances dans l'attente de la décision © Radio France