Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Abattoirs de Mauléon : L214 poursuivie pour atteinte à la vie privée

L'association animaliste va comparaître devant le tribunal correctionnel de Pau en octobre prochain, pour avoir fait entrer une caméra dans les abattoirs de Mauléon, et avoir diffusé les images en mars 2016.

Capture vidéo L214 abattoir de Mauléon en mars 2016
Capture vidéo L214 abattoir de Mauléon en mars 2016 © Radio France - Paul Nicolaï

Mauléon, France

L'association L214 sera jugée en octobre par le tribunal correctionnel de Pau. L'association de défense des animaux est poursuivie pour avoir filmé dans une propriété privée, en l'occurrence les abattoirs de Mauléon, et avoir diffusé ces images. C'était en mars 2016. Quatre salariés ont été condamnés pour maltraitance animale lors du procès à Pau en octobre 2018, suite à ces vidéos. 

Un deuxième acte judiciaire

Cette procédure est en quelque sorte le deuxième acte judiciaire de cette affaire. En mars 2106, les abattoirs ont tout de suite déposé plainte quand les images ont circulé sur Internet. La justice a préféré séparer les deux dossiers. Après enquête, il a été proposé à L214 une comparution en reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), une audience de plaider-coupable. Mais l'association n'est pas venue. Du coup, il y aura un procès devant le tribunal correctionnel.

Il est reproché à L214 une complicité d'abord : d'avoir fourni la caméra à cette personne que l'enquête n'a pas pu identifier, L214 la protège. L'association devra répondre aussi du fait d'avoir diffusé ces images, violant ainsi la vie privée des trois employés que l'on voit sur les images.  Ces trois hommes vont demander des dommages et intérêts à l'association animaliste.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu