Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Abus sexuels dans l'Eglise : une victime d'Antibes témoigne dans un livre

-
Par , France Bleu Azur

"Abus sexuels dans l'Eglise, et si on se parlait ? " C'est le titre d'un livre qui parait aux éditions Médiaspaul dans lequel un Antibois témoigne. Il est l'un des neuf plaignants dans l'affaire du prêtre niçois soupçonné d'attouchements sur mineurs.

Portrait de Sébastien Liautaud.
Portrait de Sébastien Liautaud. - Sébastien Liautaud

La journaliste Sophie Lebrun, qui pour le magazine La Vie suit depuis plusieurs années le sujet des abus sexuels dans l’Église, publie un livre aux éditions Médiaspaul intitulé "Abus sexuels dans l'Église. Et si on se parlait ?" Elle fait dialoguer trois victimes, un évêque, un psychiatre et une psychologue autour des scandales d'abus sexuels dans le milieu ecclésiastique.

Un Antibois participe aux discussions, Sébastien Liautaud, qui accuse un prêtre niçois et ex-aumonier dans des établissements scolaires privés de la Côte d'Azur de l'avoir agressé sexuellement lors d'un camp de vacances en Italie à la fin des années 90. 

Libérer la parole et confronter les points de vue 

Dans ce livre, il est question de la culture du silence dans l'Église, de la libération de la parole des victimes, de la réponse apportée par l'institution catholique et des mécanismes qui peuvent expliquer pourquoi l'Église est touchée par un tel fléau. Sébastien Liautaud attend aujourd'hui la vérité, la réparation et de la prévention de la part de l'Eglise. Il est toujours un catholique pratiquant, mais ses révélations ont chamboulé son quotidien et la manière dont il vit sa foi. 

Sébastien dit souffrir d'amnésie traumatique, ce syndrome de refoulement accentué par l'emprise psychologique exercée par son agresseur pendant des années,  de par sa proximité avec ses victimes. Pour l'avocat de plusieurs plaignants, dont Sébastien Liautaud, maître Vincent Ehrenfeld "l'amnésie traumatique, reconnue dans les dossiers médicaux de  certaines victimes devrait permettre de prolonger le délai de prescription.

Mais ce phénomène n'a pas été retenu par la justice et n'a pas été reconnu à l'Assemblée nationale comme cause légale d'interruption de la prescription.  

"Le fait qu'il y ait un délai légal de prescription pour les agressions sexuelles, de 10 à 20 ans après la majorité selon les cas, conduit à se faire des procès dans la presse, et ce n'est pas satisfaisant."  - Maître Vincent Ehrenfeld.

C'est la parole d'autres victimes - et une première dénonciation du père Jean-Marc Schoepff par une victime varoise en 2017 - qui l'ont aidé à lui aussi faire la démarche de porter plainte. Le prêtre et ancien aumônier est soupçonné d'attouchements sexuels sur plusieurs jeunes garçons.

Des faits qui se seraient produits lors de camps de vacances dans les Alpes-Maritimes et en Italie dans les années 80-90. Sur les neuf plaintes déposées, seules deux échappent au délai de prescription et permettront donc certainement la tenue d'un procès devant le tribunal correctionnel. 

En février dernier, une nouvelle victime, un prêtre de 42 ans est sorti du silence, et a raconté lui aussi des gestes abusifs répétés durant trois ans, de la part du père Schoepff. Il a déposé plainte, mais se heurte à la prescription.

Sous contrôle judiciaire, relevé de ses fonctions ecclésiastiques, Jean-Marc Schoepff se montre combattif face au juge d'instruction et nie avec force les accusations. Des victimes racontent pourtant qu'il s'est excusé, lors d'entretien qu'il a eu avec elles, en dehors du bureau de juge. 

Un livre vient d'être publié "Et si on se parlait ? Abus sexuels dans l'Eglis" écrit par la journaliste Sophie Lebrun. Des victimes témoignent.
Un livre vient d'être publié "Et si on se parlait ? Abus sexuels dans l'Eglis" écrit par la journaliste Sophie Lebrun. Des victimes témoignent. - Editions Médiaspaul
Choix de la station

À venir dansDanssecondess