Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Accélération du déploiement des 111 renforts policiers à Toulouse, 70 policiers sont encore attendus

-
Par , France Bleu Occitanie

Annoncés en octobre dernier par le Premier ministre, Jean Castex, une quarantaine de policiers nationaux sont déjà déployés dans les quartiers prioritaires de la ville rose. Les 111 policiers promis pour la fin 2022 devraient finalement être déployés à Toulouse, dès la fin 2021.

Les nouveaux policiers de la BST, de la Bac et des unités anti stupéfiants déployés sur la zone des Izards et Borderouge
Les nouveaux policiers de la BST, de la Bac et des unités anti stupéfiants déployés sur la zone des Izards et Borderouge © Radio France - Olivier Lebrun

Le 9 octobre dernier, le Premier ministre, Jean Castex, a signé le premier "contrat de sécurité intégrée" pour Toulouse. Il annonçait le renfort de 111 policiers dans la ville rose d’ici la fin 2022. Ces renforts attendus se déploient finalement plus vite que prévu, ils seraient bouclés dès la fin de l’année. Le préfet, le procureur et le maire de Toulouse sont venu visiter quinze de ces nouvelles recrues venues grossir les rangs de la police dans le quartier dit de "reconquête Républicaine" des Izards au nord-est de Toulouse, pour lutter notamment contre les trafics de stupéfiant. 

Les 111 policiers seront tous là d’ici la fin de l’année

Dans la cours du commissariat des quartiers nord, avenue de Fronton , Étienne Guyot, le préfet de la région Occitanie passe en revue ces nouvelles recrues. Il fait le service après-vente des annonces ministérielles. "Nous avons reçu 13 policiers supplémentaires au 1er Janvier, nous en avons reçu 28 supplémentaires au 3 mai. Nous en attendons 70 autres d'ici à la fin de l’année, ils doivent arriver d’ici la fin 2021. L’État déroule jour après jour, mois après moi les renforts prévus."

Les 15 nouvelles recrues de la police patrouillent jour et nuit sur la zone des Izards

Une excellente nouvelle pour le maire de Toulouse, Jean Luc Moudenc, qui réclamait depuis longtemps ces renforts de la police nationale, dans une ville sous dotée. "On assiste à une accélération du calendrier puisque les 111 policiers seront tous arrivés d’ici la fin de l’année. C’est un motif de satisfaction, et les toulousains peuvent donc avoir confiance."

Doublement des patrouilles de la police municipale

Parallèlement au déploiement de ces renforts de la police nationale, le maire de Toulouse annonce le doublement des patrouilles de la police municipale dans les quartiers, en dehors du seul centre-ville.

Le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc se félicite de l'accélération du calendrier des renforts de policiers

Depuis le 20 mai, la police municipale inaugure des permanences à la rencontre des habitants dans les quartiers de Borderouge et de Saint Simon. "L’idée est d’avoir un lien direct avec la population, de recueillir des témoignages, des informations,  accroître l’écoute et la proximité . Si tout se passe bien, on généralisera ce nouveau service à toute la ville" ajoute le maire de Toulouse.

Après les fusillades de l'été, des unités de lutte contre les stupéfiants

Au commissariat des quartiers nord, quinze nouveaux policiers de la BST (Brigade spécialisée de terrain) patrouillent jour et nuit  et sept jours sur sept la zone des Izards et Borderouge . Ces 25 policiers au total  sont épaulés par des enquêteurs anti-stupéfiants explique le patron départemental de la police. Jean-Cyrille Reymond

"La présence sur la voie publique est fondamentale, mais il faut que derrière il y ait des interpellations, et des présentations de suspects au procureur. Au quotidien, nous avons le groupe d’appuie judiciaire qui traite toutes les interpellations en flagrant délit. Puis les unités de lutte contre les stupéfiants, elles travaillent sur tous les petits délits du quotidien, et pour la sûreté départementale sur des enquêtes plus longues, comme celle réalisée l’été dernier qui a permis de décapiter le trafic sur les quartiers nord, ce qui a malheureusement entraîné une série de règlements de compte et de fusillades entre trafiquants."

Pas de mésentente entre justice et police

Selon le procureur de Toulouse Dominique Alzéari, ce travail de fond commence à payer. Avec 9.500 gardes à vue ces derniers mois "nous sommes très engagé dans la justice de proximité. Nous avons un renfort de  40 magistrats supplémentaires au tribunal, 20 sont déjà arrivés, au civil comme au pénal. Nous travaillons au quotidien dans les quartiers , les opérations contre la petite délinquance se multiplient, et parallèlement nous menons des enquêtes de fond sur les réseaux de trafiquants."

Ici, pas de bisbilles entre police et justice assure le procureur "nous travaillons en étroite collaboration au quotidien, il n’y a pas de hiatus entre nous. C’est une garantie de la qualité du travail fourni par les policiers, c’est pourquoi nous leur rendons hommage aujourd’hui." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess