Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quatre ans de prison, dont 18 mois ferme, pour l'auteur de l'accident mortel du Crest sur l'A75

jeudi 11 avril 2019 à 20:30 Par Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne

Le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand jugeait ce jeudi le jeune homme qui avait provoqué un accident mortel sur l'A75, à hauteur du Crest, en octobre 2014. Deux femmes, originaires d'Espagne, avaient été tuées et leurs époux gravement blessés. Il écope de 4 ans de prison dont 18 mois fermes.

Salle d'audience au palais de justice de Clermont-Ferrand
Salle d'audience au palais de justice de Clermont-Ferrand © Radio France - Emmanuel Moreau

Clermont-Ferrand, France

Les victimes espagnoles n'avaient pas fait le déplacement. Les deux hommes gravement blessés sont en invalidité permanente depuis l'accident et ne peuvent plus travailler. Deux hommes qui ont eu la vie sauve parce qu'ils étaient éveillés. Ils ont vu la voiture arriver sur eux à vive allure et se sont raidis. Leurs épouses, elles, dormaient à l'arrière et sont mortes sur le coup. 

Dans la voiture d'en face, un jeune homme de 30 ans avec son ami et associé à coté de lui. Les deux hommes ont beaucoup bu. Apéritif, restaurant et discothèque, les verres d'alcool se sont succédés. Le contrôle d'alcoolémie a révélé un taux d'1,44 gramme par litre de sang. En revanche, le contrôle de stupéfiants était négatif. Le prévenu a expliqué aux enquêteurs qu'il se doutait avoir dépassé le taux d'alcoolémie autorisé mais il pensait être capable de rentrer chez lui

A la barre, l'homme reconnait les faits, même s'il ne se souvient plus de rien, probablement parce qu'il s'était assoupi. Quelques semaines après l'accident, il écrivait à son associé depuis sa cellule "si elles me voient là haut, qu'elles voient que je ne suis pas juste un jeune con". Devant le tribunal il répète en étouffant quelques sanglots : "la seule chose que je peux faire pour ces personnes, c'est le respect"

Depuis l'accident, le prévenu a radicalement évolué

Il semble avoir tenu parole. Selon le rapport de son contrôle judiciaire, il a effectué un réel travail d'introspection. Il ne boit plus, ne conduit plus, dit penser tous les jours aux victimes. Et chaque mois, il met 150 €uros de côté en prévision de l'indemnisation. Il a également développé son entreprise de plomberie. Cet artisan emploie aujourd'hui 13 salariés, dont un salarié presque dédié à ses déplacements entre les différents chantiers. Enfin il a fondé une famille avec sa compagne et ont deux jeunes enfants.

Des éléments favorables qui ont compté dans la décision du tribunal. Le procureur avait demandé une peine de 30 mois de prison dont 15 avec sursis, une peine significative car à l'époque le jeune homme avait un comportement irresponsable au volant. Il multipliait les petits délits routiers (excès de vitesse, feux rouges grillés, téléphone au volant) au point de perdre son permis qu'il a dû repasser. 

"Le temps a joué en votre faveur"

La peine est donc un peu plus lourde, quatre ans de prison dont 18 mois ferme. Il a déjà effectué un peu plus de trois mois de détention préventive et pourrait voir sa peine aménagée. La présidente du tribunal a été franche en rendant son jugement : "le temps a joué en votre faveur. Il n'est pas question de faire perdre ce que vous avez construit mais il y avait des faits extrêmement graves". 

Le permis du prévenu est également annulé. Il restera encore dans cette affaire à régler le problème de l'indemnisation des victimes, ce qui risque d'être assez complexe entre assureurs français et espagnols. L'audience a été fixée au 5 novembre prochain.