Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident de car en République Tchèque : 100 000 euros d'amende requis contre l'autocariste

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu

Deux ans et demi après l'accident du car du collège Notre-Dame qui a fait deux morts dont une collégienne de 15 ans en République Tchèque, le procès de l'autocariste s'est tenu mardi à devant le tribunal correctionnel de Reims. 100 000 euros d'amende ont été requis par le substitut du procureur.

- Idnes cz

Deux ans et demi après l'accident du car du collège Notre-Dame en République Tchèque, le procès de l'autocariste, Champagne Mobilités, s'est tenu mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Reims. Il était jugé pour homicide et blessure involontaire.

Le 8 avril 2013, vers 6h30, le car qui transportait  36 élèves et quatre professeurs s'était écrasé sur un remblai à 80 kilomètres de Prague, sa destination finale.  Un collégienne de 15 ans, Charlène, avait été tuée. Le chauffeur du car avait succombé à ses blessures deux semaines plus tard. L'accident aura aussi fait cinq blessés. 

L'enquête avait révélé que le chauffeur du car n'avait pas respecté les 11 heures de repos obligatoire. Par ailleurs, le contrôle des disques des véhicules de l'entreprise Champagne Mobilités a mis en évidence une trentaine d'infractions à la réglementation sur les temps de travail des chauffeurs sur une période d'un mois. 

Multiples Infractions 

Lors de l'audience, le représentant de la Dreal, organisme chargé de contrôler les sociétés de transports, a enfoncé le clou. Certes, le chauffeur n'a pas respecté le temps de repos. Mais son responsable le savait et a laissé faire, ajoutant que les entreprises avaient tendances à se dédouaner sur leurs conducteurs. 

Le substitut du procureur a réclamé une amende de 100 000 euros à l'encontre de la société Champagne Mobilités.  Il a également demandé une surveillance judiciaire de l'autocariste pendant trois ans. Le jugement sera rendu le mardi 15 décembre 2015.    

A LIRE AUSSI : L'accident de car en République Tchèque devant la justice à Reims

Revivez l'audience minute par minute

Choix de la station

France Bleu