Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Adolescents morts dans un accident de car à Rochefort : la tristesse d'une maman, cinq ans après le drame

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

Cinq ans après la mort de six adolescents dans un accident de car à Rochefort, en Charente-Maritime, les familles attendent un procès. Alexandra, la mère de Yoni, mort dans cet accident alors qu'il venait d'avoir 17 ans, témoigne sur France Bleu La Rochelle ce jeudi 11 février 2021.

Stèle en mémoire des six adolescents décédés le 11 février 2016 à Rochefort suite à un accident de bus.
Stèle en mémoire des six adolescents décédés le 11 février 2016 à Rochefort suite à un accident de bus. © Radio France - Gérald Paris

Alors que l'instruction n'est pas terminée cinq ans après le terrible accident de car scolaire où six adolescents ont péri le 11 février 2016 à Rochefort, les familles sont dans l'attente de réponses, et espèrent un procès rapidement. Il pourrait se tenir à la fin de cette année 2021.  Alexandra est la maman de Yoni, mort ce jour-là. Il venait d'avoir 17 ans, la veille. Elle répond aux questions de France Bleu la Rochelle ce jeudi.

France Bleu La Rochelle : Comment allez-vous, cinq ans après ce drame où vous avez perdu un fils ?

Alexandra  : On sait bien que la justice ne va pas vite donc je ne suis pas en colère mais je ressens une tristesse. Celle d’une maman qui a besoin de réponses. 

Qu’attendez vous de ce procès ? 

J'attends de ce procès qu'on me dise ce qui s'est passé ce matin-là parce qu'il y a des responsables. Je pense que le chauffeur a sa part de responsabilité. Pourquoi cet accident ? Est-ce qu'on aurait pu éviter ça ? J'attends juste des réponses. Je sais très bien qu'au final, la peine ne sera pas forcément à la hauteur de mon chagrin à moi en tant que maman. Mais après, on ne peut pas l'enfermer toute sa vie. Ça, je le conçois aussi. Et je sais très bien que ce matin-là, ce chauffeur ne s'est pas dit : “Je vais provoquer un accident.” Ça, j'en suis persuadée aussi. 

Vous avez été suivie psychologiquement après le drame. Où en êtes-vous aujourd'hui? 

J'ai fait des séances pendant trois ans et demi. J'allais deux fois par semaine au Centre médico-psychologique à Rochefort. J'étais suivie par un psychiatre, une infirmière spécialisée dans le deuil et une psychologue. Et franchement, ça m'a aidée. Pour éviter de vous tourmenter vous-même quand vous êtes parent, vous savez que c'est vous qui avez envoyé votre enfant le matin. Les psy font le travail pour que l’on comprenne que, de toutes façons, tous les parents l'auraient fait... auraient envoyé leur fils. Et puis, du coup, j'ai arrêté aussi les médicaments. Et là, je n'ai plus de médicaments, plus de thérapie. Mais je ne dis pas qu'après le procès, il n'y en aura pas. 

Ce procès, vous l’attendez avec impatience ou vous le craignez ?

Ce procès, on l'attend depuis longtemps avec toutes les familles.  Et ce qui va être dur, c'est d'entendre ce qui s'est passé. Je ne sais pas si on va voir des images, j'espère pas. Je ne veux pas voir les images mais le fait d'avoir tous les comptes-rendus, ça, ça va être dur. Alors une thérapie après, oui ce sera obligatoire. 

Je devrais avoir mon fils aujourd'hui, il aurait 22 ans

Ce que je redoute quelque part, c'est que la partie adverse fasse appel. Même si elle en a le droit. Parce que ça repoussera encore le procès. Tout ce temps, c'est dur pour nous. Une maman, elle ne souhaite pas ça. Je devrais avoir mon fils aujourd'hui. Il aurait 22 ans, il serait certainement inséré dans la vie et puis voilà quoi. Oui c’est triste.

À ÉCOUTER - Alexandra, maman de Yoni, mort dans l'accident de car scolaire à Rochefort le 11 février 2016

Choix de la station

À venir dansDanssecondess