Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident de car sur l'A7 : l'autopsie du chauffeur n'a rien révélé d'anormal

vendredi 1 juin 2018 à 21:12 Par Mélanie Tournadre et Valéry Lombardo, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Gard Lozère et France Bleu

L'autopsie pratiquée sur le chauffeur de bus suite à l’accident qui a fait trois morts samedi dernier dans la Drôme n'a rien révélé d'anormal : pas d'alccol dans le sang, ni de trace de stupéfiant. Le pneu avant droit du car a explosé pour une raison encore inconnue.

L’autopsie du chauffeur du car montre qu'il n'avait pas bu et n'avait pas pris de stupéfiant.
L’autopsie du chauffeur du car montre qu'il n'avait pas bu et n'avait pas pris de stupéfiant. © Maxppp - Fabrice Hébrard

Samedi dernier, l'accident de car sur l'A7 dans la Drôme a coûté la vie à trois personnes dont le chauffeur. Une autopsie de son corps a été réalisée. Elle ne révèle rien d'anormal.

Le chauffeur du car n'avait pas bu, ni pris de stupéfiant 

Pas d'alcool dans le sang, ni de trace de stupéfiant : c'est le résultat de l'autopsie du corps du chauffeur de bus. Il a été surpris par une explosion samedi soir sur l'A7 : l'éclatement du pneu avant droit qui lui a fait perdre le contrôle du véhicule. 

Le car a alors percuté un muret puis un talus avant de se renverser et de glisser sur près de 90 mètres. Le chauffeur, qui n'était pas attaché, et les deux personnes décédées dans cet accident ont été éjectés du véhicule. 

Visite d'entretien du car réalisée le 3 mai

Le car, mis en circulation en 2006, était à jour du contrôle technique. Il avait même passé une visite d'entretien le 3 mai, près de trois semaines avant l'accident. Ce car affichait 265.000 km au compteur, ce qui n'est pas très important pour ce type de véhicule.

Comment expliquer l'éclatement de ce pneu ?  La question reste pour le moment sans réponse. Des expertises plus poussées vont être menées. 

13 personnes, dont 10 mineurs, toujours hospitalisées

Sept jours après le drame, 13 personnes, dont 10 mineurs sont encore hospitalisées. Le Parquet de Valence va ouvrir une information judiciaire pour homicide involontaire en début de semaine prochaine.