Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Accident de chasse à Crespian : le tireur donne sa version des faits

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le septuagénaire, responsable de la mort de la chienne Laïka, a déposé une main courante à la gendarmerie de Quissac. Il y explique que le sentier emprunté par les promeneurs est une zone propice au passage des sangliers. Il envisage également de porter plainte contre l'un des propriétaires.

"J'ai tiré acccidentellement" sur Laïka, affirme le chasseur
"J'ai tiré acccidentellement" sur Laïka, affirme le chasseur © Maxppp - Emmanuel Claverie

Le chasseur responsable de la mort de Laïka s'explique. Dans une main courante déposée à la gendarmerie de Quissac cette semaine, que France Bleu Gard Lozère a pu consulter, le septuagénaire a livré sa version des faits sur la mort de Laïka. Ce berger allemand, âgé de 4 ans, a été tué lors d'une battue à Crespian le week-end dernier. Face aux gendarmes, le chasseur affirme que le sentier emprunté par les promeneurs et leur chien, dans le bois d'Eleins, est une zone propice aux animaux sauvages : "Je n'ai pas tout de suite compris qu'il s'agissait d'un chien, il se trouvait dans l'eau et les sangliers viennent régulièrement se rafraîchir ici."

Le chasseur hésite à porter plainte contre l'un des propriétaires

Le chasseur ouvre alors le feu, se rapproche de l'animal et se rend compte de son erreur. "J'essaye de lui prodiguer les premiers soins mais c'est déjà trop tard", peut-on lire dans la déposition. Toujours selon le chasseur, la propriétaire du chien, Amandine, décide d'appeler son fiancé Hugo, "qui est venu sur les lieux". S'en est suivi "un coup de poing de sa part et diverses insultes".  Depuis, le septuagénaire se plaint de "sifflements", de "maux de tête récurrents". Il explique aussi se réserver "le droit de porter plainte" contre le propriétaire. En début de semaine, Amandine et Hugo, eux, s'étaient finalement décidés à porter plainte, pour "faire bouger les choses" sur l'encadrement de la chasse. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu