Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident de kayak sur l'Hérault : "Ils n'avaient aucune chance de s'en sortir"

-
Par , France Bleu Hérault

L'imprudence n'est sans doute pas étrangère à la mort d'un kayakiste de 34 ans jeudi sur le fleuve Hérault. Mais au regard des circonstances, l'aménagement du fleuve serait aussi en cause.

L'accident s'est produit dans les gorges de l'Hérault, en amont de Saint Guilhem le Désert
L'accident s'est produit dans les gorges de l'Hérault, en amont de Saint Guilhem le Désert © Maxppp - Archives

Causse-de-la-Selle, France

Les quatre sportifs qui se sont lancés dans la descente de l'Hérault jeudi entre Saint-Etienne-d'Issensac et Saint-Guilhem-le-Désert, n'avaient rien de débutants. Embarqués en binômes sur des "hot dogs", des canoës gonflables, ils étaient moniteurs diplômés d'État. Tous installés dans la vallée de l'Hérault, donc connaisseurs des lieux. Et pourtant, l'un d'eux, âgé de 34 ans, est mort noyé à hauteur du Causse-de-la-Selle.

L'accident s'est produit vers 16h30, sur un "spot" connu : le barrage de la Combe du Cor, à quatre kilomètres en amont de Saint-Guilhem. 

Deux mètres de haut, 40 mètres de large, cet ouvrage qui date de 1890, est qualifié de dangereux car il créé un "rappel" en contrebas, cet effet de machine à laver qui vous coince sous l'eau.  

Piégés dans le rouleau

La première équipe décide de le contourner, la seconde tente malgré tout de franchir l'obstacle. Fatal : ils se retrouvent coincés dans le rouleau, s'accrochent comme ils peuvent à leur canoë. Les deux restés sur la berge tentent de les aider en lançant une corde flottante, mais trop courte. Dans l'eau, l'un va tenir plus de 20 minutes, le temps que l'hélico arrive et le récupère épuisé, frigorifié. Son ami en revanche finit par lâcher. Son corps a été repêché un peu plus loin. 

"Ces jeunes n'avaient aucune chance. Celui qui a lâché est victime de ce site."

De l'avis des professionnels, il était certes risqué, imprudent même de le franchir. Mais cet ouvrage est "absolument mortel" s'indigne Hubert Borg, adjoint au maire de Saint-Guilhem, présent sur les lieux lors des opérations de secours. "Il n'est pas aux normes. C'est un point noir". Surtout quand le débit est important. Or depuis les crues de la fin octobre, le débit est 17 fois plus élevé qu'en été

Une faute lourde de l'État

Dangereux, dit-il, même pour les pêcheurs et les randonneurs... "Il n'y a pas de panneau. L'État est au courant, le préfet est au courant, le sous-préfet est au courant. Mais rien ne bouge. Il y a une faute lourde de l'Etat. S'il n'y avait pas une inclinaison aussi importante comme on le demande depuis 40 ans, il n'y aurait pas eu ce drame."

Hubert Borg demande à l'État de contraindre le propriétaire du barrage (l'ASA du canal de Gignac, Association Syndicale Autorisée) de le mettre aux normes. 

"Une faute lourde de l'Etat". Hubert Borg, adjoint au maire de Saint-Guilhem

"Celui qui a lâché est victime de ce site". Hubert Borg, élu à Saint Guilhem

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu