Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Accident de Millas : forte mobilisation sur les réseaux sociaux pour soutenir la conductrice

Millas, France

L'enquête se poursuit après l'accident du car scolaire et du TER de Millas (Pyrénées-Orientales). La conductrice de l'autocar a été mise en examen pour homicides et blessures involontaires. Sur les réseaux sociaux, une forte mobilisation s'est mise en place pour la soutenir.

Après l'accident de Millas, l'enquête se poursuit.
Après l'accident de Millas, l'enquête se poursuit. © AFP - Cor

Après l'accident de car de Millas qui a causé la mort de six collégiens, l'enquête se poursuit. La conductrice de l'autocar a été mise en examen pour homicides et blessures involontaires. Laissée en liberté sous contrôle judiciaire, elle est toujours hospitalisée.

L'enquête montrerait, à ce stade, que la responsabilité de la conductrice serait engagée. Selon la plupart des témoignages recueillis par les gendarmes, les barrières du passage à niveau étaient baissées.

Forte mobilisation sur les réseaux sociaux

Mais c'est une version des faits qui fait réagir. En effet, sur les réseaux sociaux, une forte mobilisation s'est mise en place pour soutenir la conductrice.

Depuis plusieurs jours, avant même de connaître les résultats définitifs de l'enquête, des milliers d'internautes se mobilisent à travers toute la France. Une pétition a été lancée et elle a déjà rassemblé près de 8000 signatures venant notamment de professionnels du transport.

"Tant qu'on ne sait pas, il ne faut pas juger", Flora

Flora, par exemple, de Narbonne, a lancé une page Facebook, "ce qui lui arrive, ça nous a touché, tous les chauffeurs de bus, poids lourds... Il faut plutôt la soutenir, parce que tant qu'on ne sait pas ce qui s'est passé réellement, il ne faut pas juger".

Françoise, elle, ne croit pas aux premières conclusions des enquêteurs. Même sentiment pour un internaute de Perpignan.

Une forte mobilisation s'est mise en place pour soutenir la conductrice.

L'avocat de la conductrice assure avoir reçu à son cabinet plusieurs centaines de lettres de soutien destinées à sa cliente.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess