Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident de Nangis : le chauffeur du camion condamné

mercredi 3 janvier 2018 à 13:13 Par Nicolas Olivier, France Bleu Paris

Il était resté coincé à un passage à niveau avant d'être percuté par un train grandes lignes. Le conducteur du camion à l'origine de l'accident de Nangis (77) a été condamné à de la prison avec sursis mercredi par le tribunal correctionnel de Melun.

La justice a estimé que le chauffeur du semi-remorque a violé une obligation de sécurité, ce qui a entraîné cet accident en avril 2015.
La justice a estimé que le chauffeur du semi-remorque a violé une obligation de sécurité, ce qui a entraîné cet accident en avril 2015. © Maxppp - Ludovic Petiot, l'Est Eclair

Nangis, Seine-et-Marne, France

Cet homme de 41 ans qui a comparu le 10 octobre 2017 a été reconnu coupable de blessures involontaires et mise en danger de la vie d'autrui par violation d'une obligation de sécurité. Le tribunal l'a condamné ce mercredi à 18 mois de prison avec sursis. Les juges ont suivi les réquisitions du parquet. Ils ont aussi annulé le permis de conduire du chauffeur, qui devra attendre six mois pour le repasser.

Choc très violent

Le 21 avril 2015 à 8h46, un train Intercité Belfort-Paris percute à 130 km/h le semi-remorque immobilisé sur un passage à niveau situé à l'entrée de la gare de Nangis, en Seine-et-Marne. 350 personnes se trouvent à bord du train, qui déraille partiellement. Avec la violence du choc, les passagers sont projetés dans les wagons. Par chance, la collision n'avait fait que 10 blessés dont 3 graves (notamment le conducteur du train). Mais l'accident avait aussi causé d'importants dégâts sur les infrastructures : la SNCF demande plus de 3 millions et demi d'euros de dommages et intérêts.

Un convoi exceptionnel qui n'aurait pas dû passer

Le rapport du bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) avait conclu à la responsabilité du chauffeur du poids lourd, qui n'avait "pas respecté les interdictions locales de circulation". Convoi exceptionnel, il transportait un tracteur et un soc de charrue et n'était pas censé s'engager sur ce passage à niveau. C'est le poids de son chargement qui l'avait empêché de se dégager des voies à temps. A l'audience, l'homme avait déclaré avoir voulu "suivre les indications du GPS" par peur de se perdre.