Faits divers – Justice

Accident de Puisseguin : "On n'en parle pas, mais on ne peut pas oublier"

Par Pauline Pennanec'h, France Bleu Gironde et France Bleu vendredi 21 octobre 2016 à 4:00

Une foule impressionnante pour la marche blanche à Petit Palais, le 25 octobre 2015
Une foule impressionnante pour la marche blanche à Petit Palais, le 25 octobre 2015 © Reuters -

Un an après le tragique accident de Puisseguin qui a fait 43 morts, les villages endeuillés restent ancrés dans le silence. Le traumatisme est immense, et les habitants n'ont plus envie de remuer les cauchemars.

Quasiment un an après la collision qui a coûté la vie à 43 personnes à Puisseguin, le 23 octobre 2015, les villages restent meurtris. Ce dimanche auront lieu les cérémonies d'hommages aux victimes de l'accident, à Puisseguin et Petit-Palais. Plus de 270 personnes doivent y assister.

À Petit Palais, le restaurant du village accueille régulièrement les habitants de la région. On évite de remuer les cauchemars : "On en parle mais on ne peut pas l'oublier" raconte Coco, un habitué. Lui et ses amis en discutent autour du déjeuner, comme chaque jour depuis 20 ans qu'ils viennent manger dans ce restaurant. Coco était chez lui au moment de l'accident. Il raconte : "La fumée, le bal des hélicos, il y en avait partout, toute la matinée ! Et je me souviens des journalistes, le long de la route. Très médiatique cette affaire," soupire-t-il.

"Après dimanche, ça sera fini !"

Coco connaît tout le monde dans les environs. Un copain a perdu sa femme dans l'accident. La cérémonie est-elle nécessaire ? Il répond : "C'est rituel, mais ça remue pour les familles. On n'a pas besoin de ça. On pense à eux tous les jours. Mais après dimanche, ça sera fini. On continuera à vivre !" Les gens ne veulent pas parler, "il faut les laisser tranquille, faire leur deuil." Comme son ami assis à côté de lui qui raconte : "J'ai perdu mon oncle, j'ai pas besoin de cérémonie. Moi je suis allergique."

Partager sur :