Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident de saut à l'élastique à Audincthun : condamnations à deux ans de prison avec sursis

-
Par , France Bleu Nord

Le tribunal correctionnel de Saint-Omer a rendu son jugement, ce 2 avril 2019, dans le procès de l'accident de saut à l'élastique qui s'est produit en 2015 à Audincthun. Les deux personnes qui encadraient le couple décédé sont condamnés à deux ans de prison avec sursis.

L'accident a eu lieu à Audincthun le 28 juin 2015
L'accident a eu lieu à Audincthun le 28 juin 2015 © Maxppp - PHOTOPQR/VOIX DU NORD

Saint-Omer, France

L'accident a eu lieu le 28 juin 2015, au domaine de la Carrière, à Audincthun, près de Saint-Omer. Ce jour-là, Céline et son compagnon Guillaume sautent à l'élastique depuis une grue. Elle est tuée sur le coup, lui est grièvement blessé, et se suicide deux ans plus tard.

Le 5 mars 2019, le procès de l'équipier qui a harnaché le couple, et du directeur de saut s'est tenu, devant le tribunal correctionnel de Saint-Omer, ils comparaissaient pour homicide et blessures involontaires. Tous deux ont été condamnés à deux ans de prison avec sursis, et à une interdiction d'exercer une activité liée au saut à l'élastique. L'enquête avait montré qu'un mousqueton de sécurité n'était pas fermé.

Les familles ne voulaient pas voir partir les prévenus derrière les barreaux

"C'est un jugement qui répond aux attentes des familles des victimes", réagit Benoît Cousin, l'avocat de la famille de Céline, "elles n'étaient absolument pas dans un esprit de vengeance, et ne voulaient pas voir partir des prévenus derrière les barreaux. Leur attente principale était qu'aucune des personnes mises en causes ne puisse à nouveau exercer une profession liée à cette activité sportive".