Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : L'accident du TGV Est à Eckwersheim

Accident de TGV d'Eckwersheim : trois salariés de la SNCF et de la filiale Systra mis en examen

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les suites judiciaires du déraillement du TGV à Eckwersheim en novembre 2015 : deux salariés de la SNCF et un salarié de Systra, la filiale chargée des essais, ont été mis en examen par un magistrat le 12 octobre pour homicides et blessures involontaires. La nouvelle a été dévoilée ce mercredi soir.

2 employés de la SNCF et un "pilote traction" salarié de Systra, filiale chargée des essais, ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire pour homicides et blessures involontaires.
2 employés de la SNCF et un "pilote traction" salarié de Systra, filiale chargée des essais, ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire pour homicides et blessures involontaires. © Maxppp -

Eckwersheim, France

La justice a mis en examen trois personnes dans l’affaire du déraillement d'un TGV d'essai à Eckwersheim. La catastrophe avait fait 11 morts et des dizaines de blessés le 14 novembre 2015. La nouvelle a été dévoilée ce mercredi soir : trois salariés de la SNCF et de sa filiale Systra ont été mis en examen par un magistrat le 12 octobre, pour homicides et blessures involontaires.

Les trois salariés ont été entendus par les gendarmes de la section de recherche de Strasbourg : il s'agit de deux employés de la SNCF, un conducteur et un "cadre transport traction", ainsi qu'un "pilote traction" salarié de Systra, la filiale chargée des essais. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire.

La vitesse excessive, seule cause du déraillement

Me Gérard Chemla, avocat de familles de victimes, est abasourdi d'avoir appris la nouvelle par la presse.

La véritable surprise, c'est que les victimes l'apprennent par la presse et non par le juge d'instruction. Il est regrettable que nous n'ayons pas eu cette information en temps réel, le 12 octobre. Pour le reste, on sait depuis l'origine qu'il y avait des poursuites, car les responsables du train n'ont pas respecté les consignes données." - Me Chemla, avocat de victimes

L'enquête judiciaire a mis en évidence une vitesse excessive comme cause "unique" du déraillement du TGV, tombé dans un canal à la hauteur d’Eckwersheim, après avoir abordé à 265 km/h une courbe où la vitesse était prévue à 176 km/h.

Cet accident, le premier déraillement mortel dans l'histoire du TGV, avait fait 11 morts, dont cinq experts de la société d'ingénierie Systra, et 42 blessés.

Choix de la station

France Bleu