Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident du train fantôme à Orléans : la peine allégée en appel pour l'exploitant du manège

mardi 3 avril 2018 à 17:08 Par François Guéroult, France Bleu Orléans

C'est l'épilogue judiciaire de l'accident de manège qui avait gravement blessé deux jeunes filles à Orléans le 31 mai 2014 : ce mardi, la Cour d'appel a condamné le forain à 18 mois de prison avec sursis. En première instance, une peine de prison ferme avait été prononcée.

L'accident avait eu lieu le 31 mai 2014 à la fête foraine d'Orléans, vers 23h
L'accident avait eu lieu le 31 mai 2014 à la fête foraine d'Orléans, vers 23h © Radio France - Jérémy Marillier

Orléans, France

La sanction est allégée pour le forain poursuivi dans l'affaire de l'accident du train fantôme à Orléans : ce mardi, la Cour d'appel d'Orléans l'a condamné à 18 mois de prison avec sursis, alors que l'an passé, le tribunal correctionnel avait prononcé une peine de 2 ans de prison, dont 6 mois ferme. Cette fois-ci, donc, la peine est entièrement assortie du sursis avec mise à l'épreuve.

Le forain a toujours réfuté toute négligence

Les faits avaient eu lieu le 31 mai 2014, vers 23h, à la fête foraine d'Orléans. 2 jeunes filles alors âgées de 15 et 19 ans prennent place dans le train fantôme, quand soudain leur wagon s'immobilise, est percuté par l'arrière, puis tombe à même le sol - une chute de 4 mètres... La plus jeune passagère restera 5 jours dans le coma, l'accident suscite alors une très vive émotion :

Après l'accident, la fête foraine d'Orléans avait été fermée pendant toute une journée - Radio France
Après l'accident, la fête foraine d'Orléans avait été fermée pendant toute une journée © Radio France - Stéphane Barbereau

Lors de l'audience devant la Cour d'appel en janvier dernier, le forain a répété qu'il est toujours traumatisé par cette affaire - d'autant que sa propre fille avait pris place dans le manège 15 minutes plus tôt... Mais il a aussi maintenu sa version : il n'avait jamais repéré les rails défectueux à l'origine de l'accident qui selon lui était donc imprévisible. Il réfute toute négligence d'autant qu'il effectuait des tours à vide tous les matins. Sauf que d'autres clients s'étaient déjà plaints avant l'accident en évoquant un manège poussif, et qu'il n'y avait pas de système d'arrêt d'urgence qui aurait pu empêcher le drame... 

Les pompiers étaient très vite intervenus

Les 2 jeunes filles qui avait été blessées souffrent toujours d'importantes séquelles : terribles douleurs au dos pour l'une, cauchemars récurrents pour l'autre. En fait, seul le hasard avait permis d'éviter un bilan plus lourd : ce soir là, les pompiers étaient déjà sur place car ils avaient été appelés 4 minutes plus tôt pour une personne qui s'était tordue la cheville à la fête foraine...

Dans cette affaire, un employé du manège avait également été condamné par la justice l'an passé à 1 an de prison avec sursis pour non-assistance à personne en danger : il travaillait au noir et avait pris la fuite. Jugement définitif puisqu'il n'avait pas fait appel.