Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident du travail au Pian-Médoc : pas de prison ferme pour le PDG de l'entreprise Decons

-
Par , France Bleu Gironde

Le tribunal correctionnel de Bordeaux a rendu sa décision ce lundi, dans cette affaire d'homicide involontaire survenu au sein de l'entreprise Decons au Pian-Médoc. Le 17 janvier 2018, un salarié de l'entreprise avait été mortellement percuté par un bulldozer qui manœuvrait sur le site.

Le tribunal correctionnel de Bordeaux
Le tribunal correctionnel de Bordeaux © Radio France - Stéphanie Brossard

Bordeaux, France

Le ministère public avait eu des mots durs envers le PDG David Decons, estimant sa faute "grave et délibérée." Mais le tribunal correctionnel de Bordeaux n'a pas condamné le PDG de l'entreprise au Pian-Médoc aux quatre mois de prison ferme requis par la procureure. David Decons devra payer une amende d'un montant total de 100 000 euros. La justice a considéré que l'environnement de travail au sein de l'entreprise était accidentogène au moment des faits mais elle a aussi estimé que des efforts avaient été réalisés depuis l'accident et que le site était désormais sécurisé. 

Six mois de prison avec sursis pour le conducteur du bulldozer

Un proche de la victime, présent pour entendre le délibéré, s'exclame "quoi, c'est tout ?!" Voir le conducteur de l'engin condamné à six mois de prison avec sursis ne le réconforte pas. Mais pour l'avocat de ce conducteur, la peine est juste : Maître Eric Visseron considère qu'il s'agit d'un accident du travail et ajoute que son client, âgé d'une vingtaine d'années, est toujours extrêmement touché par le décès de Ludovic Eyquem. Le salarié de 33 ans est mort 24 heures après le choc contre l'engin, des suites de ses blessures.