Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Accident mortel en 2019 à Mozac dans le Puy-de-Dôme : le conducteur condamné à cinq ans de prison

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le jeune homme de 23 ans a été condamné ce lundi pour avoir provoqué l'accident qui avait coûté la vie à une mère et sa fille en janvier 2019 à Mozac. L'individu, après avoir consommé une importante quantité d'alcool, avait repris la route en fin de journée pour rentrer chez lui.

Une salle d 'audience dans le tribunal de Clermont-Ferrand
Une salle d 'audience dans le tribunal de Clermont-Ferrand © Radio France - Olivier Vidal

Il y eut énormément d'émotions lors de cette audience devant le tribunal judiciaire de Clermont-Ferrand. De nombreux membres de la famille des victimes étaient présents. Et notamment la sœur jumelle de la quadragénaire décédée et la nièce de cette dernière. (Dans l'accident, une mère de 47 ans et sa fille de 17 ans, qui faisait de la conduite accompagnée, sont décédées)

A la barre, toutes deux ont lu un texte pour témoigner de leur douleur de perdre deux êtres chers dans des conditions atroces. 

"Une conduite suicidaire"

"C'est inqualifiable" commente le président du tribunal Charles Gouilhers en narrant l'atrocité des faits. Dans la salle le prévenu, 23 ans aujourd'hui, a du mal à contenir son émotion face à la douleur exprimée : "Je m'excuse et je regrette ce que j'ai fait. Cela me hante jour et nuit".

Ce samedi 19 janvier 2019, après avoir bu quatre pintes de bière avec des collègues de travail et son supérieur, il avait repris la route pour rentrer chez lui. Il passera par la voie rapide et le contournement de Riom. A toute allure, en ne respectant aucune consigne de sécurité.
"Une conduite suicidaire" lance Charles Gouilhers, la formule est reprise par Jean-Hubert Portejoie, l'un des conseils de la famille endeuillée. Vitesse excessive (120 Km/h au lieu de 80), dépassements dangereux, franchissements de la ligne blanche, conduite sous l'emprise de l'alcool (1,92g/L), stupéfiants, tout était malheureusement réuni pour qu'un drame se produise, et il aurait pu être bien pire.
"Il ne pouvait se produire que ce qu'il s'est produit" souligne le parquet dans son réquisitoire. 

"Effectivement mais pourquoi personne ne l'a empêché de prendre sa voiture?" s'étonne volontairement l'avocat du prévenu, Mohamed Khanifar. Personne, ni le gérant, ni ses collègues de cette soirée n'ont été inquiétés dans cette affaire.
Mohamed Khanifar défendra le profil de son client, et tentera de convaincre le tribunal : "faîtes en sorte que votre peine ne soit pas destructrice!"

Le tribunal a condamné ce lundi soir ce jeune homme à 5 ans d'emprisonnement, suivant le gros des réquisitions.

Il a dix jours pour faire appel du jugement rendu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess