Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo : 13 départements en vigilance rouge canicule, 47 en vigilance orange aux orages

Accident mortel au parc Saint-Paul : le gérant mis en examen pour homicide involontaire

-
Par , France Bleu Picardie, France Bleu

Le gérant du parc Saint-Paul a été mis en examen ce jeudi pour homicide involontaire après la mort d'une femme de 32 ans qui est tombée du manège Coaster Formule 1 samedi 4 juillet. L'absence de ceinture de sécurité est pointée par l'expertise de l'attraction.

Le gérant du parc Saint-Paul dans l'Oise a été mis en examen pour homicide involontaire après la chute mortelle d'une femme de 32 ans, éjectée du manège Coaster Formule 1 samedi 4 juillet
Le gérant du parc Saint-Paul dans l'Oise a été mis en examen pour homicide involontaire après la chute mortelle d'une femme de 32 ans, éjectée du manège Coaster Formule 1 samedi 4 juillet © Maxppp - Julien Heyligen

Le procureur de la république de Beauvais indique dans un communiqué ce jeudi que le gérant du parc d'attractions Saint-Paul dans l'Oise, a été mis en examen pour homicide involontaire par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence après la chute mortelle d'une femme de 32 ans, éjectée du manège Coaster Formule 1 samedi 4 juillet. 

L'absence de ceinture de sécurité pointée du doigt

L'absence de ceinture de sécurité est pointée du doigt par l'expertise du manège. Des ceintures de sécurité avaient été installées après un accident mortel sur la même attraction en 2009 mais retirées lors de la réouverture du parc en juin dernier c'est-à-dire après le passage en novembre 2019 d'un organisme de contrôle agréé. Selon le parquet, cette modification aurait dû conduire le gestionnaire du parc à solliciter un nouveau contrôle. 

Les ceintures auraient permis d'éviter que les personnes de forte corpulence, comme la victime, ne soient éjectées du manège.

Selon l'expert, écrit le procureur dans son communiqué, "les ceintures auraient permis d'éviter que les personnes de forte corpulence, comme la victime, ne soient éjectées du manège. Par ailleurs, l’expert a pu relever que le premier cran de chaque barre de sécurité avait été meulé, de façon à ne pas permettre l’accès au manège aux personnes de très forte corpulence". 

Lors de sa garde à vue ce mercredi, le gérant du parc a reconnu "avoir fait retirer les ceintures de sécurité dont il estime qu'elles ne constituaient pas un réel élément de sécurité et dont il a indiqué qu’il avait fait procéder à leur installation sans qu’aucune instruction ni recommandation en ce sens ne lui soit adressée. Il a reconnu également avoir pris la décision de faire meuler les premiers crans des crémaillères de sécurité, et indiqué que l’objectif était d’interdire l’accès aux personnes les plus fortes".

Le gérant du parc Saint-Paul a été laissé libre à l'issue de sa mise en examen et sans contrôle judiciaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess