Infos

Accident mortel au passage à niveau de la Roche Maurice. La SNCF fait appel

Par Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel jeudi 1 décembre 2016 à 17:57

En premier instance, la SNCF a été condamnée à 200 000 euros d'amende
En premier instance, la SNCF a été condamnée à 200 000 euros d'amende © Radio France - Valérie Le Nigen

La SNCF a fait appel de sa condamnation pour homicide involontaire dans l'affaire de l'accident mortel au passage à niveau de la Roche Maurice entre Brest et Morlaix. En 2006, une mère de famille de 42 ans était décédée lors d'une collision entre sa voiture et un Train Express Régional.

Au cours du procès, la question des barrières de sécurité s'était posée. Des incidents de déshuntage ( le système qui commande à distance la fermeture des barrières et les feux) avaient été constatés en Bretagne entre 2004 et 2006.

La SNCF avait donc été condamnée pour homicide involontaire à 200 000 euros d'amende, soit le double de ce que réclamait le procureur. L'entreprise a également été condamnée à verser 125 000 euros de dommages et intérêts. A l'audience, l'avocat de la SNCF, maitre Bertin avait estimé qu'"on ne peut pas faire le procès d'une entreprise comme celle de la SNCF uniquement sur un accident dont on ne connait pas avec certitude les conditions dans lesquelles il s'est déroulé. La SNCF, ce sont 150 000 cheminots, 20 000 passages à niveau, empruntés par 16 millions de véhicules par jour.

Mi-octobre, le président de SNCF réseau, Patrick Jeantet, a précisé qu'en France, 400 passages à niveau sont désormais équipés de " pédales de déshuntage" permettant de déclencher l’abaissement des barrières de manière mécanique. Ce meme jour, le secrétaire d' Etat aux Transports, Alain Vidalies, avait assuré qu'aucun déshuntage n'a été signalé sur le réseau depuis le 1° janvier dernier. Quand au passage à niveau de la Roche Maurice, il a été équipé d'une de ces fameuses pédale de déshuntage le 10 juin dernier. Dix ans après l'accident.

Partager sur :