Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident mortel de vélo à Lattes : la justice demande six mois de prison avec sursis

mardi 28 novembre 2017 à 19:25 Par Aurore Jarnoux, France Bleu Hérault et France Bleu

Ce mardi, le parquet de Montpellier a requis six mois de prison avec sursis et un an de suspension de permis à l'encontre d'une habitante de Lattes (Hérault). Cette femme comparaissait devant le tribunal pour avoir percuté le 16 février 2014 une fillette de dix ans. La petite est morte sur le coup.

Le tribunal de Montpellier rendra sa décision le 13 décembre prochain.
Le tribunal de Montpellier rendra sa décision le 13 décembre prochain. © Maxppp - Maxppp

Montpellier, France

Atmosphère très pesante ce mardi après-midi au tribunal correctionnel de Montpellier. Une femme, employée de la police municipale à Lattes, était jugée pour homicide involontaire.

Il y a plus de trois ans, au volant de sa voiture, elle a percuté une fillette qui circulait à vélo, sans casque ni lumière. L'accident s'est produit un peu avant 18h30, la luminosité tombait. La petite fille de dix ans n'a pas survécu.

Une faute d'inattention

La fillette était alors accompagnée de son beau-père et de son petit frère de deux ans. Eux ne sont pas présents dans la salle d'audience. La maman en revanche est là, en larmes du début à la fin. Quand le président lui demande de décrire ce qu'elle vit, elle ne réussit à articuler qu'un mot : "L'enfer".

"Ma cliente souffre le martyre, ce sont des vies brisées." - Martine Figueroa, avocate de la mère de la victime

Sur un autre banc, la conductrice parle d'une toute petite voix, les mains constamment serrées. Elle ne comprend pas ce qu'il s'est passé ce soir là et répète : "Je n'ai pas vu la petite fille."

Mais même si la victime n'avait pas de casque, pas de lumière, "des témoins l'ont aperçue sur son vélo à plus de 20 mètres", lui rétorque l'avocate de la maman.

La conductrice fond en larmes. Son avocat décrit d'une femme anéantie. "Elle doit vivre avec cette faute, une faute d'imprudence qui conduit à un drame", souligne Luc Abratkiewicz, l'avocat de la conductrice. Il a également rappelé qu'en février, la luminosité tombe très vite.

"Personne n'est à l'abri d'un accident de la route." - Luc Abratkiewicz, avocat de la prévenue

Pour le procureur, il s'agit là d'une faute d'inattention caractérisée. Il a ainsi requis six mois de prison avec sursis et un an de suspension du permis de conduire. La décision du tribunal de Montpellier sera rendue dans deux semaines, le 13 décembre prochain.

Mais à la fin de l'audience, il y a eu une scène très émouvante. Les parents de la petite fille ont discuté avec la conductrice. Elle leur a présenté une nouvelle fois ses excuses. Et elle a répété : "J*_e ne peux que demander pardon*_".