Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident mortel du chef pâtissier Thomas Pocero : le parquet requiert de la prison avec sursis pour l'automobiliste

-
Par , France Bleu Gironde

En septembre 2018, Thomas Pocero, le chef pâtissier de la Grande Maison de Bordeaux est mort dans un accident de la route. L'automobiliste impliquée dans l'accident était jugée ce jeudi au tribunal correctionnel de Bordeaux.

Véhicule sapeurs-pompiers
Véhicule sapeurs-pompiers © Radio France - Oanna Favennec

Bordeaux, France

En septembre dernier, Thomas Pocero, le chef pâtissier de la Grande Maison de Bordeaux est mort dans un accident de la route. Alors qu'il circulait à moto pour se rendre au travail, dans la rue Camille Godard, une automobiliste a démarré. Elle est sortie de sa place de stationnement, le motard n'a pas eu le temps de freiner. Les deux véhicules se sont percutés. Thomas Pocero est mort sur le coup. L'automobiliste, elle, était jugée ce mercredi au tribunal correctionnel de Bordeaux. Et l’ambiance était particulièrement pesante..

Il y a eu beaucoup de larmes et d’angoisse pendant cette audience, tant du côté des proches de la victime que du côté de la prévenue. Une mère de famille sans antécédent judiciaire. Et ce jour-là, sa manœuvre jugée "incompréhensible" par le procureur a conduit à la mort d'un motard de 29 ans. 

La responsabilité reconnue

A la barre, ses jambes flagellent mais elle ne tergiverse pas, reconnaît sa faute. Même si 9 mois après le drame, elle ne comprend toujours pas pourquoi elle n'a pas vu la moto arriver. Pourquoi elle a déboîté comme ça, en braquant ses roues complètement à gauche, se mettant en travers de la route du motard. 

Lui, roulait à 23 km/h au dessus de la limite autorisée dans cette rue. Mais son épouse ne veut pas entendre dire que "s'il avait roulé moins vite, il serait encore en vie". Le président du tribunal tente de la rassurer. "Ce n’est pas la vitesse qui a tué votre mari. Ce sont les obstacles." 

Reste un deuil encore impossible pour cette jeune femme. La tête baissée, la voix tremblante, elle tient à préciser qu'ils essayaient d'avoir un enfant. "Mais lui n'en aura jamais."  

Le procureur a requis 10 à 12 mois de prison avec sursis pour l'automobiliste et une suspension de 6 mois de son permis de conduire.