Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Accident mortel en Corrèze : elle envoyait des sms en conduisant, un homme est décédé

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Un accident survenu sur les routes de la Corrèze, et qui a coûté la vie à un homme de 80 ans, est dû à l’envoi de sms au volant. Pour ces faits commis à Affieux, fin août 2016, la conductrice a été condamnée à six mois de prison avec sursis mardi par le tribunal de Tulle.

Au volant, la conductrice a échangé des sms pendant six minutes avant l'accident mortel
Au volant, la conductrice a échangé des sms pendant six minutes avant l'accident mortel © Maxppp -

Affieux, France

Il est un peu plus de 18h, le 29 août 2016, quand une collision survient sur la RD 940 en Corrèze, commune du Lonzac. Au volant de son Opel Mériva, une femme alors âgée de 37 ans, vient percuter de face l’automobile d’un couple de retraités qui arrive dans l’autre sens. Le choc frontal est violent. Le conducteur de la voiture percutée, âgé de 80 ans, décède quelques minutes plus tard dans l’ambulance des pompiers. Sa femme, très grièvement blessée, souffre d’un traumatisme abdominal. Elle décède le 5 janvier 2019 d’une grave maladie liée aux séquelles. La conductrice, elle, a l’intestin perforé. Pour ces faits, elle était jugée ce mardi par le tribunal correctionnel de Tulle.

Six minutes d'échange de sms

L’enquête révèle que le conducteur du véhicule derrière elle a vu la voiture se déporter progressivement sur la voie de gauche avant le choc. Il n’y a aucune trace de frein, personne ne roule d’ailleurs très vite ce soir là, les véhicules sont en état et personne n’a consommé ni alcool ni stupéfiants. Les gendarmes explorent alors une autre piste et se penchent sur le téléphone portable de la conductrice. Les données recueillies font apparaître que la mise en cause envoie des SMS à son compagnon entre 18h12 et 18h18, pile à l’heure de la collision fatale. À la barre, madame tout le monde maintient ce qu’elle a dit dans la procédure : elle n’a plus le souvenir de ce qui s’est passé mais ne conteste pas les faits. "J’y pense tous les jours, je regrette terriblement ce qui s’est passé. J’ai des remords et je présente mes excuses à la famille de la victime" dit-elle en se retournant vers les proches présents dans la salle d’audience. "Je n’avais pas l’habitude de le faire et c’est extrêmement dangereux. La preuve" ajoute celle qui, depuis l’obtention de son permis en 1998, n’a jamais perdu un point.

Six mois avec sursis, quatre mois de suspension de permis

L’avocat des parties civiles rappelle qu’une famille est, depuis, brisée. Il requiert l’annulation du permis de conduire et suggère un stage de sensibilisation à la sécurité routière. Le procureur demande, lui, six mois de prison avec sursis et huit mois de suspension de permis. En défense, l’avocat de la prévenue, rappelle qu’elle est domiciliée à Treignac, qu’elle vit seule avec sa fille qu’elle conduit au collège tous les jours avant d’aller au travail. Le tribunal condamne finalement la femme de 39 ans à six mois de prison avec sursis et quatre mois de suspension de permis. L'audience sur les intérêts civils se tiendra ultérieurement.