Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Quatre mois de prison avec sursis pour un pneumologue soupçonné d'avoir "malaxé les seins" de deux patientes à Valence

Un ex-pneumologue de l'hôpital de Valence était devant le tribunal correctionnel mardi 8 janvier, soupçonné d'agressions sexuelles sur deux patientes lors de consultations en février 2017. Il nie mais le tribunal l’a déclaré coupable et condamné à 4 mois de prison avec sursis

Le palais de justice de Valence dans la Drôme. © Radio France - Stéphane Milhomme
Le palais de justice de Valence dans la Drôme. © Radio France - Stéphane Milhomme

Valence, France

Un ancien pneumologue de l’hôpital de Valence au tribunal ce mardi 8 janvier, soupçonné d'agressions sexuelles sur deux patientes. Les deux femmes assurent qu'il leur a touché les seins de manière inappropriée lors d'examens médicaux en février 2017. Il  est suspendu de son poste et sans salaire depuis plusieurs mois, mais il nie en bloc. Le parquet a requis cinq ans de suivi socio-judiciaire avec obligation de se soigner et interdiction d'exercer pendant cette période.

Des gestes médicaux "mal perçus" selon la défense  

Selon les avocats de la défense, les deux patientes pourraient avoir mal perçu les gestes médicaux. Selon eux, il est facile de confondre un examen approfondi du thorax avec une palpation mammaire inappropriée. Le médecin, pour prouver sa bonne foi, va même reproduire sur le torse d'un avocat les gestes médicaux qu'il exerce à chaque consultation, poser les mains de chaque coté de la poitrine pour vérifier si, à la respiration, les poumons vibrent ou non. Et le pneumologue l'assure : "La poitrine n'a aucune signification sexuelle quand je fais mon métier, c'est un champ de travail."

Mais les parties civiles n'en démordent pas, le praticien leur aurait malaxé les seins et leur aurait même fait des avances. Pour le procureur il s'agit bien d'agressions sexuelles. Les deux femmes ne se connaissaient pas et elles ont toutes les deux porté plainte pour des faits commis le même mois. La magistrate requiert cinq ans de suivi socio-judiciaire, l'obligation de se soigner et l'interdiction d'exercer son métier pour le spécialiste. Cette peine demandée, la défense la qualifie de "mort professionnelle" pour cet homme qui s’est battu pendant 40 ans pour venir de Syrie, faire des études de médecine et s'élever socialement. 

L'un de ses avocats reprend : pourquoi alors qu'il a ausculté des milliers de femmes depuis 30 ans, pourquoi ce mois là et pas à un autre moment aurait-il dérapé ? Ils relèvent aussi que les plaintes sont arrivées huit mois après les faits, en pleine vague "MeToo" et "Balance ton porc" et pour eux, pas de hasard. Les enquêteurs avaient reçu des consignes de leur hiérarchie pour ne surtout pas laisser passer ce genre d'affaires.

L'avocate d'une des victimes elle, s'insurge : _"Ma cliente a vécu cette agression de manière très violente, il lui a fallu beaucoup de temps et de courage pour oser en parler. Ce n’était pas un geste médical , il l'a tripotée !"  _Le tribunal a rendu son jugement vers minuit, le pneumologue est condamné à 4 mois de prison avec sursis mais sa condamnation ne sera pas inscrite sur son casier judiciaire.

Choix de la station

France Bleu