Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

8 ans de réclusion ! le braqueur du Leader Price de Lusignan condamné

mardi 26 septembre 2017 à 17:41 Par Baudouin Calenge, France Bleu Poitou

Quitte ou double. Dans le dossier du braquage commis le 5 mai 2015 à Lusignan, accusation et défense se sont affrontées. Face à la reine des preuves mise en avant par l'avocat général, Me Takhedmit a dénoncé un dossier vide et monté à charge mais n'a pas obtenu gain de cause.

L'avocat général Frédéric Clot et l'avocat de la défense Me Lee Takhedmit
L'avocat général Frédéric Clot et l'avocat de la défense Me Lee Takhedmit © Radio France - Baudouin Calenge

Poitiers, France

Premier point d'achoppement cet après midi dans la salle d'audience, l'empreinte génétique de l'accusé retrouvé sur des vêtements laissés par le braqueur près du magasin. "On ne peut pas aller contre la reine des preuves". Pour l'avocat général la présence de l'ADN vient sceller la culpabilité de ce jeune homme. "C'est sidérant" s'emporte la défense. "Oui mon client à porté ces vêtements mais quand, on ne sait pas". Avant d'insister sur le fait que les tests ont révélé qu'une autre personne avait aussi porté ces vêtements. "Mais celui là on n'a rien fait pour le trouver"

Une enquête menée à charge.

Les deux jours de ce procès ont montré plusieurs failles dans le dossier. Pour l'avocat de la défense, Me Takhedmit, son client n'avait ni le mobile et encore moins le temps matériel de commettre ce braquage à 15h15. Selon les bornes téléphoniques, le portable de l'accusé montre qu'il est proche de chez lui au moins jusqu'à 14h52 puis à nouveau à 15h59. L'avocat de prendre ensuite le temps de démontrer que ce court laps de temps rend impossible un aller et retour à Lusignan pour y braquer le magasin. Maitre Takhedmit très en colère estime en fait que l’enquête a été menée à charge. Au point d'oublier certains détails.

un innocent en prison ?

Ainsi, souligne-t-il que "tous les témoins disent que le braqueur faisait moins d'un mètre 75. Lui fait un mètre 82" avant de s'étendre longuement sur l'alibi béton fourni par cette aide à domicile qui a réaffirmé hier avoir discuté avec l'accusé à l'heure du braquage. Un témoignage négligé par les enquêteurs. Avant de réclamer l'acquittement. "Mieux vaut une affaire non résolue qu'un innocent en prison" dit il en réponse au réquisitoire de l'avocat général Frédéric Clot "pour un crime qui vaut 20 ans, j'en demande 10 eu égard au jeune âge de l'accusé". et c'est finalement l'accusation qui emporte le bras de fer. 8 ans de réclusion. Verdict prononcé après plus de trois heures de délibéré. Après 24h de réflexion, l'accusé a décidé de faire appel