Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Acte 30 à Dijon : deux "gilets jaunes" condamnés à de la prison ferme

-
Par , France Bleu Bourgogne

Suite à l'Acte 30, ce samedi à Dijon, deux "gilets jaunes" ont été interpellés puis condamnés ce mercredi à de la prison ferme.

Manifestation de Gilets jaunes. /Photo d'illustration
Manifestation de Gilets jaunes. /Photo d'illustration © Radio France - Nathanael Charbonnier

Dijon, France

Deux Gilets jaunes ont été jugés en comparution immédiate ce mercredi au tribunal correctionnel de Dijon. Les deux manifestants participaient ce weekend à l'acte 30, durant lequel plusieurs vitrines de magasins ont été brisées, rue de la Liberté. 

Aucun des deux n'est jugé pour avoir commis directement des dégradations, mais du matériel a été retrouvé dans leur sac à dos lors de l'interpellation (des explosifs pour l'un, un marteau pour l'autre). Si le premier affirme être pacifiste, le second, la vingtaine à peine, admet s'être rendu dans le centre-ville de Dijon déterminé à "tout casser"

De la prison ferme

Les deux écopent de peines de prison ferme. Le plus jeune est condamné à neuf mois de prison, dont sept avec sursis. Il venait d'être condamné à quatre mois de prison ferme pour avoir tenté d'incendier la porte de la maison d'arrêt de Dijon, lors d'une précédente manifestation, quelques semaines auparavant. 

L'autre manifestant, sans emploi à la suite d'un accident du travail, est condamné à trois mois de prison, dont deux avec sursis. Son casier judiciaire était jusqu'ici vierge, malgré une participation à tous les samedi de manifestation depuis le début du mouvement. Les deux militants sont interdits de manifestation à Dijon et Paris, pendant deux ans.