Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Actes de malveillances dans un Ephad d’Onet-le-Château : le maire demande un autre gestionnaire

-
Par , France Bleu Occitanie

Quatre salariés de la maison de retraite La Rossignole ont été licenciés à Onet-le-Château (Aveyron). Une enquête est ouverte pour des actes de malveillance. Le maire de la commune souhaite qu'une structure spécialisée gère maintenant l'établissement actuellement piloté par une association.

La maison de retraite La Rossignole à Onet-Le-Château.
La maison de retraite La Rossignole à Onet-Le-Château. © Radio France - SM

Une enquête préliminaire a été ouverte sur des cas présumés de maltraitances dans un Ehpad aveyronnais. Il s’agit de La Rossignole à Onet-Le-Château où 80 résidents sont hébergés, dont une partie dans une unité Alzheimer. Une maison de retraite associative, désormais placée sous surveillance par l'Agence régionale de santé. 

Enquête ouverte et salariés licenciés 

L’enquête a été déclenchée par une plainte de la nouvelle directrice démissionnaire de l'établissement. Cette directrice (nommée au printemps et qui est partie le 4 septembre) a découvert fin juillet que des membres du personnel échangeaient, depuis au moins novembre 2019, des photos de résidents montrés dans des positions dégradantes, assorties de commentaires injurieux. Quatre des salariés concernés ont été licenciés à la mi-août et les familles des unités protégées concernées informées il y a quelques jours.  L'ARS a été saisie en août. Et le maire de la commune, Jean-Philippe Kéroslian a appris les faits à la même période. Pour lui l’association ne peut plus gérer seule l’établissement. Elle doit faire appel à une structure spécialisée. Et surtout cesser de fonctionner avec du personnel non-qualifié. "On ne peut pas continuer comme cela. Je préconise que, à court terme, une structure qui ait l'habitude de gérer des maisons de retraites prenne en charge l'établissement."

Une structure associative 

Jean-Philippe Kéroslian émet un vœu car il a peu de levier au sein de la maison de retraite. _"La mairie n'est pas gestionnaire. Je n'ai pas de pouvoir. Mais je suis prêt à travailler sur une solution à long terme pour sécuriser les résidents, leurs familles mais aussi le personnel de l'établissement qui travaille encore sur le site."  Et selon le maire, la structure rencontre surtout un problème de management. "Il faut au plus vite qu'on ait du personnel qualifié qui vienne ou revienne travailler dans l'établissement." Et s'il y a urgence, c'est aussi à cause de la pandémie. "Le fort turn-over fragilise la structure. Je n'ose pas imaginer ce qui pourrait se passer si le covid venait à frapper une ou plusieurs personnes."_ La municipalité estime que la moitié du personnel est d'ores-et-déjà démissionnaire. 

Jean-Philippe Keroslian maire d'Onet demande un nouveau gestionnaire pour la structure.
Jean-Philippe Keroslian maire d'Onet demande un nouveau gestionnaire pour la structure. © Radio France - SM
Choix de la station

À venir dansDanssecondess