Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Adecco renvoyé devant la justice 20 ans après des accusations de discrimination à l'embauche

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

C'est le résultat de près de 20 ans de bataille judiciaire : Adecco est renvoyé devant le tribunal correctionnel pour des accusations de discrimination et fichage racial au début des années 2000, à Paris.

L'agence d'intérim Adecco est renvoyée devant la justice
L'agence d'intérim Adecco est renvoyée devant la justice © Radio France - Chloé Cenard

L'agence d'intérim Adecco est renvoyée devant le tribunal correctionnel de Paris, pour "discrimination" et "fichage à caractère racial", suite à une décision de la cour d'appel ce jeudi : une nouvelle étape d'un feuilleton judiciaire qui dure depuis désormais 20 ans. 

Une plainte avait été déposée en 2001 par SOS Racisme, et une information judiciaire avait été ouverte. Un non-lieu avait été prononcé en 2017, mais les parties civiles l'avaient contesté. La chambre d'instruction de la cour d'appel de Paris avait ordonné en 2018 un supplément d'information visant de nouvelles mises en examen.

Une agence parisienne d'Adecco, spécialisée dans l'hôtellerie et la restauration, est soupçonnée d'avoir établi entre 1999 et 2001 un classement des candidats avec un code pour spécifier les personnes aux origines étrangères ou de couleur. Selon l'association "La Maison des Potes", 500 intérimaires auraient été concernés par ces faits de discrimination, sur des postes notamment de commis de salle ou chefs de rang dans des restaurants, pour lesquelles les clients réclamaient un "BBR" (Bleu-Blanc-Rouge) selon le témoignage d'un ancien employé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess