Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Adolescent tabassé au collège de Rive-de-Gier : son avocat assure que l'établissement n'a rien fait pour le protéger

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Jean Sannier, avocat de l'adolescent dyslexique tabassé au collège François Truffaut de Rive-de-Gier (Loire) assure que le collège est coupable de graves manquements, et n'a pas protégé le garçon de 13 ans correctement.

Pour l'avocat de la victime, le collège n'a pas protégé l'enfant.
Pour l'avocat de la victime, le collège n'a pas protégé l'enfant. © Radio France - Emeline Rochedy

Le collège François Truffaut de Rive-de-Gier est-il coupable de ne pas avoir protégé l'élève de 13 ans tabassé dans les toilettes le 16 septembre ? Pas de doute, pour l'avocat d'Arthur (prénom d'emprunt), Me Jean Sannier, qui se dit "absolument sidéré par l'inaction des personnels du collège".

Une agression d'une violence inouïe

L'agression qui se déroule le 16 septembre dernier dans les toilettes du collège est d'une rare violence. Arthur est encerclé par deux garçons et une fille, roué de coups dans les toilettes, et menacé avec un couteau. 

L'un des agresseurs présumés assène même au jeune garçon dyslexique un coup de compas au menton. 

L'avocat assure qu'Arthur a été violé pendant l'agression, bien que le parquet n'ait pas retenu ces faits. 

Le collège François Truffaut a-t-il failli ? 

"Immédiatement après l'agression, Arthur est placé à l'isolement, les pompiers ne sont pas appelés, la police n'est pas appelée", dénonce Me Jean Sannier. "Au contraire, l'enfant tabassé est mis à l'isolement dans le bureau des surveillants", s'étrangle Jean Sannier. 

"Rien n'a été fait pour protéger ce garçon, qui va encore extrêmement mal 10 jours après l'agression", continue l'avocat.  Le jeune garçon s'est vu prescrire 10 jours d'ITT. 

La famille d'Arthur qui a porté plainte abonde dans le sens de Me Sannier, affirmant même qu'elle n'a été mis au courant de cette violente agression qu'en venant cherchant l'adolescent à 12h. 

L'académie de la Loire assure que les procédures ont été respectées

Jean-Pierre Batailler directeur académique de la Loire défend l'action du collège et assure que "le collège a traité l'affaire comme tout acte de violence commis dans un établissement scolaire".  

Les trois agresseurs présumés sont toujours scolarisés, bien qu'ils soient convoqués au mois de novembre devant le tribunal pour enfants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess