Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Adolescente dans le coma à Nancy : les experts préconisent l'arrêt des soins

mercredi 6 décembre 2017 à 17:11 Par Angeline Demuynck, France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu

Le tribunal administratif de Nancy rendra, ce jeudi, sa décision dans l'affaire Inès. Un rapport rédigé par des spécialistes préconise l'arrêt des soins pour la jeune fille hospitalisé dans un état végétatif au CHU de Brabois. Ses parents s'y opposent.

Les différentes parties ont pu s'exprimer ce mercredi sur les conclusions du rapport
Les différentes parties ont pu s'exprimer ce mercredi sur les conclusions du rapport © Radio France - Angeline Demuynck

C'est une décision délicate que doit rendre, ce jeudi, le tribunal administratif de Nancy. Faut-il ou non maintenir les soins d'Inès, cette adolescente du Pays-Haut dans le coma depuis 5 mois. Ce mercredi matin, les parents de la jeune fille et les représentants du CHU ont pu livrer leur point de vue sur le rapport rendu par 3 médecins spécialistes.

Les parents eux-mêmes avaient demandé ce second avis, qu'ils contestent aujourd'hui. Dans le rapport, les neuro-pédiatres venus de Paris et de Lille concluent qu'"Inès est dans un coma profond dont elle ne reviendra pas, en l'état actuel de la science", résume l'avocat du CHU de Nancy, Me Bertrand Marrion.

Une "situation délicate" pour le CHU

"Le CHU est dans une situation délicate, reconnait Me Marrion. On essaie depuis plusieurs mois d'avoir l'adhésion des parents. Ce que les experts nous disent, c'est que quel que soit le temps qu'on leur laissera, ils ne donneront jamais leur accord". Si le tribunal se range à l'avis des médecins, l'avocat, qui assurait il y a quelques semaines que le respirateur d'Inès ne serait pas débranché sans l'accord de ses parents, ne sait pas encore quelle sera la réaction du CHU_. "_On essaiera de travailler avec eux pour envisager la suite à donner", nuance t-il.

Ni les parents d'Inès ni leur avocat, Frédéric Berna, n'ont souhaité s'exprimer à l'issue de l'audience. Le tribunal rendra sa décision ce jeudi. S'il décide de valider la procédure d'arrêts des soins lancée par le CHU de Nancy, il restera une option aux parents d'Inès : déposer un recours devant le Conseil d'Etat.