Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Adolescente défenestrée à Vandoeuvre : la mère de famille condamnée à 15 ans

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Une mère de famille a été condamnée à 15 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Nancy, ce mardi, pour tentative d’assassinat. Elle avait défenestré une collégienne par vengeance à Vandoeuvre. L’avocate générale avait requis 12 ans de réclusion criminelle.

En trois jours de procès, la cour d'assises de Nancy n’a pas eu droit à des révélations de la part de la mère de famille.
En trois jours de procès, la cour d'assises de Nancy n’a pas eu droit à des révélations de la part de la mère de famille. © Radio France - Thierry colin

Une mère de famille de Vandoeuvre a été condamnée à 15 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Nancy pour tentative d'assassinat, ce mardi. 

En trois jours de procès, la cour a assisté à une confrontation entre la victime et l'accusée mais n’a pas eu droit à des révélations : avec des débats, et une version de l’accusée qui ne varie pas même quand l’enquête et les témoignages l’accablent.

Accrochée à une fenêtre à 11 mètres du sol

Des témoins décrivent une adolescente qui appelle au secours et qui hurle, pendue à une fenêtre à cinq étages du sol à la mi-journée, boulevard de l’Europe à Vandoeuvre, la scène remonte à début novembre 2016. Certains habitants entendront les hurlements de l’autre côté du boulevard pourtant passant à midi trente.

Une simple bagarre pour un motif futile, trois jours plus tôt, devant la gare de Nancy, semble être à l’origine du drame. L’adolescente, présente à l’audience, a eu une dispute avec la fille de l’accusée. Une accusée, âgée de 54 ans, qui a invité l’ancienne amie de sa fille à boire un thé chez elle avant de tenter de l’étrangler dans sa cuisine et de la défenestrer. 

Un miracle si elle s'en sort selon les enquêteurs

Ce déroulement des faits, ce sont les conclusions de l’enquête de police et ce que laissent entendre les nombreux témoignages de cette scène surréaliste : une adolescente qui s’accroche à la fenêtre de la cuisine, pendue dans le vide, et qui essaye de remonter dans l’appartement. Une collégienne qui fait une chute de 11 mètres, et c'est "un miracle" si elle s'en sort a-t-on entendu à la barre de la part d'un policier.

Une accusée mutique sur les faits

Une victime qui tombera dans un buisson, entre deux rochers, et s’en sortira avec des blessures, mais vivante. L’avocate générale, Floriane Dussauge, avait requis 12 ans de réclusion criminelle à l’encontre d’une accusée qui a nié toute intention criminelle pendant tout le procès qui a duré trois jours. 

L’avocate de la défense, Eléonore Dupleix, a tenté de pointer du doigt quelques zones d’ombre du procès mais a eu du mal à convaincre la cour avec une accusée restant sur sa version d’un cambriolage qui a mal tourné et d'une adolescente qui aurait tenté de fuir par la fenêtre. De son côté, Alexandre Bouthier, avocat des parties civiles, regrette que l'accusée soit restée "mutique sur les faits et sur son histoire, ce qui aurait permis d'expliquer la violence des faits".   

Ecoutez Eléonore Dupleix, avocate de la défense

Ecoutez Alexandre Bouthier, avocat des parties civiles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu